Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Le contournement de Maubeuge

Publié le 24 novembre 2020

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le contournement Nord de Maubeuge vise à améliorer le réseau structurant desservant l’agglomération, à favoriser le développement économique et à améliorer le cadre de vie de ses habitants par une réduction du trafic routier traversant les zones urbaines et la possibilité d’un meilleur partage de la voirie.

Le projet 

 

La desserte routière de l’agglomération de Maubeuge - Val de Sambre est structurée par deux axes principaux organisés en croix autour du centre-ville :

  • la RN 2 qui relie Paris à la Belgique (Mons et Bruxelles par la RN 6) et traverse l’agglomération du Sud au Nord,
  • la RD 649 (ex RN 49) qui relie Valenciennes à la Belgique (Erquelinnes-Charleroi) et traverse le territoire d’ouest en est.

 

Un certain nombre d’aménagements routiers ont été réalisés, notamment le contournement sud-ouest de Maubeuge mis en service en 2005. Toutefois, du fait de la situation inachevée de ces aménagements, le trafic de transit ne dispose pas d’itinéraire de contournement de l’agglomération Maubeugeoise.

Il reste contraint de la traverser en empruntant notamment l’avenue Jean Jaurès à Maubeuge (RN 49), et la route d’Avesnes (RD 602) à Louvroil, ce qui entraine une dégradation du cadre de vie des riverains de ces voies et impactent les conditions de desserte économique du territoire.Le projet de contournement de Maubeuge vise à répondre à cette situation.

La concertation préalable menée en 2016 et les études réalisées en 2017 et 2018, ont d’abouti, au premier semestre 2019, au choix d’une variante de tracé Nord, représentée sur la carte ci-dessous :

 

2020 nov schéma-phasage-opération

Cliquez sur l'image pour agrandir 

 

Cette variante de tracé, longue de 12,70 kilomètres, se décompose en 3 phases :

  • La phase 1 permettant d’assurer la liaison à 2x2 voies, entre la RD 649 ouest (en provenance de Valenciennes) et le contournement Sud-Ouest de Maubeuge (RN 2) ;
  • La phase 2 permettant de relier cette première phase à la RN 2 au Nord (route de Mons à Maubeuge) ;
  • La phase 3 permettant de relier la RN 2 à la RD 649 à l’Est (vers Jeumont et Charleroi).

 

Le coût total de cette opération est estimé à 122,50 M€ TTC, dont 48,50 M€ TTC pour la phase 1, financée au titre du Contrat de Plan Etat Région à hauteur de 10 M€ par l’Etat et 4,5 M€ par la Région.

 

L’impact sur le bâti

 

Le choix de la variante a permis d’identifier les habitations directement et indirectement impactées par le projet (situées dans une bande de 50 mètres à partir des bords extérieurs de la chaussée).

Une délibération autorisant l’engagement des procédures règlementaires et des acquisitions a été adoptée le 7 octobre 2019. Les négociations amiables ont débuté en septembre 2020 avec les propriétaires directement impactés.

 

Préparation de l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique

 

Sur la base de la variante de tracé retenue, le dossier d’avant-projet technique a été finalisé et le dossier d’étude d’impact a pu être rédigé dans une première version.

Ce contournement, dont la maîtrise d’ouvrage est portée par le Département du Nord, a également vocation, pour sa phase 2, à assurer la continuité de la RN2 (contournement sud-ouest de Maubeuge – Route de Mons) et à se substituer à terme à la RN 49 (avenue Jean Jaurès).

Les services de l’Etat ont instruit les demandes techniques d’opportunité du dossier et les résultats ont confirmé le bien-fondé du choix de la typologie des points d’échange. Ils permettent ainsi de poursuivre l’élaboration du dossier d’études préalables et de finaliser le dossier d’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique de l’opération.

L’objectif du Département est, par ailleurs, de mener conjointement les procédures d’enquêtes relatives à la déclaration d’utilité publique de l’ensemble de l’opération et à l’autorisation environnementale associée à la réalisation des travaux de la phase 1.

A cet effet, un maître d’œuvre chargé des études techniques ainsi qu’un bureau d’études chargé de l’élaboration de la demande d’autorisation environnementale des travaux de la phase 1 ont été désignés en 2019.

 

Le planning

 

Sous réserve d’un accord des services de l’Etat, la procédure d’enquête publique conjointe portant à la fois sur l’intérêt public de l’opération et sur l’autorisation environnementale des travaux de la phase 1, pourrait être engagée au troisième trimestre 2021.

L’enquête publique interviendrait dès lors en 2022, pour un démarrage des travaux en 2023.