Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Recherche : mieux comprendre la dépendance

Publié le 25 septembre 2013 | Engagement solidarité


Réunion sur la maladie d'Alzheimer à la clinique Saint-Roch à Cambrai.

Le Conseil général soutient six projets de recherches sur la perte d’autonomie liée aux maladies neuro-dégénératives, en partenariat avec la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS).

Le Conseil général soutient la recherche sur la perte d’autonomie liée aux maladies neuro-dégénératives : le 23 septembre 2013, il a adopté à l’unanimité le principe de conventions partenariales avec la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) autour de six projets de recherches.

Trois étudiants en doctorat et trois chercheurs post-doctorants bénéficieront de bourses sur une période de deux à trois ans pour les aider à mener à bien leurs recherches. Une enveloppe totale de 573 000 € y sera consacrée.

 

Trois thématiques abordées

Après la présentation du vice-président aux personnes âgées Jacques Marissiaux en commission permanente, ce 23 septembre, les porte-parole des différents groupes ont montré un vif intérêt pour ce projet.

Il apparaît indispensable de soutenir une telle initiative,
même si son coût est élevé

a affirmé Patrick Valois pour l'Union pour le Nord, en se réjouissant que cette maladie

n'apparaisse plus comme un sujet tabou,
voire honteux.

 Pour le Parti socialiste, Françoise Polnecq a déclaré :

Nous devons tout à ceux qui œuvrent pour le progrès et qui apportent jour après jour leur pierre à la connaissance. (...) Le Nord est souvent pionnier et cité en exemple car il n'hésite pas à avancer.

 

En effet, si sur le plan médical, les recherches autour de la maladie d'Alzheimer sont importantes, notamment au CHU de Lille,  en revanche les chercheurs en sciences humaines et sociales se sont encore peu intéressés aux conséquences de ces maladies sur les patients, leur entourage et la société toute entière.

Les trois thématiques abordées par les doctorants sont les suivantes :

  • la vulnérabilité de la personne physique à l'épreuve du droit
  • l'hétérogénéité de la conscience des troubles dans la maladie d'Alzheimer
  • le sommeil, un enjeu pour le couple vieillissant confronté aux troubles cognitifs de type Alzheimer.

 

Les sujets des trois chercheurs post-doctorants doivent être déterminés très prochainement.


baseline