Version imprimable - Nouvelle fenêtre

À Solesmes, des animaux pour apaiser les personnes âgées

Publié le 12 novembre 2019 | Autonomie Handicap Seniors

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Depuis plusieurs mois, les résidents de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes Korian l'Abbaye à Solesmes bénéficient de séances de médiation animale. Une thérapie aux effets très positifs, encouragée par le dispositif Phosphor'âge et le Conseil départemental des jeunes

Une serviette sur les genoux, Julia, 91 ans, se prépare à accueillir Pan Pan. Le gros lapin ne se fait pas prier pour sa séance de câlins et de brossage. "Il est si doux", confie la vieille dame. 

À ses côtés, Alice caresse Nevada, la chienne berger australien. "J'avais un chien avant, c'est triste quand il est parti. J'aime les chiens, ils sont intelligents et avec eux on peut s'expliquer !"

Une dizaine de personnes des résidences l'Abbaye à Solesmes et Georges Morchain à Neuville Saint Rémy participent à l'activité du jour, animée par Christophe Agnerai. Ces animaux, ce sont les siens. Il éduque en tout 2 lapins et 3 chiens. Il intervient avec eux dans les EHPAD et en milieu scolaire :

L'animal est un confident. Il a le pouvoir d'apaiser et de rassurer la personne fragile.

 

 Une thérapie non médicamenteuse aux multiples bienfaits

Appelée aussi zoothérapie, la médiation animale est une méthode qui cherche à favoriser les liens naturels existant entre les humains et les animaux à des fins préventives et thérapeutiques. Auprès des personnes âgées, notamment des personnes atteintes de troubles cognitifs comme la maladie d'Alzheimer, les bienfaits sont indiscutables.

Nous avons commencé par quelques séances à la résidence Korian le Halage à Bruay-sur-l'Escaut, explique Valérie Flinois, directrice du Pôle Hainaut Cambrésis.

En fonction du parcours de vie des personnes et de leurs besoins, nous avons constitué des petits groupes. Au bout de quelques mois, nous avons constaté combien la relation à l'animal permettait d'apaiser leur anxieté. 

Ces moments privilégiés avec les animaux invitent à la détente et au bien-être. Mais ils procurent également d'autres effets positifs. Le brossage et le nourissage des animaux permettent de travailler la motricité fine. C'est aussi l'occasion de faire appel à la mémoire, en se remémorant des souvenirs liés aux animaux ou en nommant ceux présents à l'atelier.

L'expérience réussie, d'autres séances sont ensuite proposées à la résidence Korian L'Abbaye à Solesmes et à la résidence Korian Georges Marchain à Neuville Saint Rémy. Sabrina, médiatrice à Solesmes, aperçoit les mêmes sourires et gestes d'ouverture. Un nouvel objectif apparait : capitaliser ces bienfaits et maintenir les capacités des personnes entre chaque séance. 

Des interventions plus régulières grâce au Conseil départemental des jeunes

Pour financer de nouvelles séances, les 3 établissements reçoivent un joli coup de pouce : celui d'une dizaine de collégiens du Conseil départemental des jeunes, ayant eu connaissance du projet dans la presse. Au mois de mai, Ils assistent à un atelier et en ressortent convaincus : " je ne pensais pas que les animaux pouvaient apporter autant de bien aux personnes âgéesraconte Ryanna. Ils décident de soutenir le projet et cherchent des solutions de financement. 

Ils suggèrent alors que le projet rejoigne la boite à idées numérique Phosphor'âge, lancée par le Département du Nord, et accompagnent son suivi.  Celui-ci fera partie des 47 projets retenus. A la clef, un chèque de 18 000 euros, remis symboliquement par geneviève Mannarino, vice-présidente du Département du Nord en charge de l'autonomie. 

Cette aide va nous permettre de financer deux séances par semaine, au lieu d'une séance tous les 15 jours aujourd'hui

précise Emilie Fourmoy, directrice adjointe de la résidence Korian L'Abbaye à Solesmes. 

Elle servira également à organiser des séances plus régulières dans les 2 autres résidences.

Une nouvelle accueillie avec joie par les jeunes collégiens et par Julia, qui accepte finalement de laisser Pan Pan aux soins d'une autre personne.