Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Au musée de Flandre, on a testé pour vous le "slow tourisme"

Publié le 30 avril 2019 | Culture Sport

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le musée départemental de Flandre à Cassel a proposé une manière originale de découvrir les œuvres, ce samedi 27 avril, lors d'une visite centrée autour de la méditation. Cet événement s'inscrit dans la programmation "Le plein des sens" qui mobilise l'ensemble des équipements culturels du département du Nord jusque décembre 2019.

Programme des animations

Capture d’écran 2019-03-29 à 16.29.54

 

Une exposition à voir jusqu'au 14 juillet

vignette agenda musée de Flandre Brueghel

Actualités

Nous sommes ici pour aller à la rencontre d'une œuvre avec notre sensibilité, nos émotions, nos sens. Nous vous proposons un moment de bien-être dans un lieu d'habitude solennel, pour vous y sentir comme à la maison.

Delphine Henry et Anne-Gabrielle de Saint-Joigny sont instructrices MBSR. Face à elles, nous sommes une quinzaine et nous nous apprêtons à vivre une expérience originale : faire de la méditation de pleine conscience au musée de Flandre. Prendre son temps pour découvrir un lieu, une œuvre est une tendance qui fait de plus en plus d'adeptes. On l'appelle "le slow tourisme".

Après un premier temps de relaxation, les instructrices nous répartissent en deux groupes et nous invitent à rejoindre une salle à l'étage. Nous avons enlevé nos chaussures et gravissons les marches du magnifique escalier en bois.

Prendre le temps de s'arrêter devant une œuvre

Chacun s'assoit et écoute un texte lu à voix haute qui raconte une histoire sur le tableau devant lequel nous nous trouvons : une immense scène de noces qui fait partie de l'exposition Fêtes et Kermesses au temps des Brueghel proposée jusqu'au 14 juillet. Cette lecture médiative a été conçue par Sandrine Vézilier, conservatrice du musée et Marie Montet, qui gère le service des publics, l'une et l'autre en assurant la lecture.

Une manière de faire un plongeon dans l'Histoire, de s'imaginer aux côtés des nombreux personnages, prêts à partager cette tranche de vie du 16ème siècle. Nous nous déplaçons ensuite de quelques mètres pour découvrir la même scène, mais peinte dans une ambiance différente. Delphine nous guide alors dans la lecture de ces œuvres, nous aide à nous attarder sur certains détails et à verbaliser ce que cela nous évoque : 

C'est l'occasion de livrer ses impressions sans avoir de connaissances particulières en art. Et cela va vous aider à prendre le temps de vous arrêter devant un œuvre, quelle que soit l'émotion ressentie à ce moment-là

précise-t-elle.

Photos : Cédric Arnould

Utiliser les cinq sens

Après un moment de visite libre, nous nous retrouvons tous pour un temps en commun. Deux objets sont posés dans la paume de notre main. Les yeux fermés, nous utilisons nos cinq sens pour deviner de quoi il s'agit.

Puis vient le temps d'un dernier moment d'échange et de relaxation, avant que chacun retrouve son quotidien.

Vous pouvez désormais ressentir une émotion grâce aux différentes entrées que l'on vous a proposées, sans forcément les intellectualiser et accepter que, selon l'état d'esprit dans lequel vous êtes, vous ne vous attarderez pas sur les mêmes oeuvres ou détails d'une œuvre

suggère Sandrine Vézilier.

"Ça a changé ma manière de visiter un musée"

Geneviève, qui a déjà pratiqué cette nouvelle manière de visiter un musée en novembre, au même endroit, témoigne :

Ça a changé ma manière de visiter un musée. Je ne cherche plus à tout voir, je me concentre sur quelques œuvres et j'achète le catalogue de l'exposition si je veux pouvoir découvrir l'ensemble de la collection.

Réapprendre à prendre son temps, c'est bien là l'objectif de cette visite :

Le slow tourisme permet de prendre conscience que nous sommes capables de ralentir et que nous avons les ressources en nous pour y parvenir

conclut Anne-Gabrielle.

Une heure trente a passé. Nous sortons de cette belle parenthèse pour poursuivre le cours de notre vie, riches de l'idée que prendre le temps de vivre pleinement les événements ne tient qu'à nous.

Prochaine expérience à inscrire sur le calendrier : le 8 juin, une visite placée sous le signe de la respiration à l'Abbaye de Vaucelles.