Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Des solutions innovantes pour l'accès à l'emploi des 25-29 ans

Publié le 07 janvier 2019 | Insertion Emploi

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Des étudiants ont participé au challenge pour l'emploi des jeunes organisé par le Département, afin de repérer et d'accompagner les allocataires du RSA âgés de 25 à 29 ans ni en emploi, ni en formation et ne suivant pas d'études mais pouvant être diplômés.

L'Europe s'engage pour l'emploi des jeunes avec le FSE

 

Chiffre clé

Plus de 21 000 jeunes âgés de 25 à 29 ans dans le Département du Nord sont allocataires du RSA.

Les autres articles

Actualités

Proposer un accompagnement adapté et innovant

Le Département du Nord a pour priorité le retour à l'emploi des allocataires du RSA. Parmi eux, se trouvent de jeunes allocataires du RSA âgés de 25 à 29 ans pour lesquels peu de dispositifs existent. On les appelle les NEET. C'est eux que le Département espère toucher en mettant en place un nouveau dispositif avec la Région (Initiative pour l'Emploi des Jeunes, IEJ) qui leur sera entièrement dédié, avec notamment une équipe de coachs.

Pour les atteindre, un challenge a été ouvert aux étudiants de la France entière, afin qu'ils conçoivent un moyen de les capter pour leur proposer un accompagnement adapté et innovant vers l'apprentissage et vers l'emploi. Cinquante-cinq dossiers ont été déposés.

Quatre d'entre eux ont été sélectionnés pour être présentés devant le jury composé d'agents du Département lors de la finale. Les critères ? La pertinence, l'originalité et la faisabilité du projet.

 

Les quatre équipes finalistes ont présenté leur projet devant le jury. Deux d'entre elles l'ont fait par visioconférence.

 

Une campagne au ton décalé

"Lesitequivachangertalife.com", c'est le nom de la plateforme imaginée par trois jeunes étudiantes de l'EDC Paris, Sabrine Souri, Jessica Miceli et Julie Ledure qui ont remporté le premier prix de ce challenge :

C'est très gratifiant pour nous de voir que notre projet a réussi à convaincre le jury et qu'il va se concrétiser

ont-elles témoigné.

Leur idée ? Créer une plateforme au ton décalé pour faire connaître les actions que le Département va mettre en place à partir du premier trimestre 2019. Les jeunes auront au préalable été sensibilisés par une campagne d'affichage avec des slogans tels que : "trouve ton job depuis ton bain" ou "trouve ta voie depuis ton lit" et par le biais des réseaux sociaux, devenus incontournables.  

 Une campagne au ton décalé pour capter l'attention des 25-29 ans.

Les trois autres finalistes n'ont pas démérité en proposant des projets tout aussi créatifs, comme l'usage d'influenceurs, la mise en place d'une application gamifiée (qui consiste à adapter des techniques et mécanismes issus du monde du jeu dans d'autres domaines), la création d'un site avec des tutos pour expliquer comment réaliser un CV ou une lettre de motivation, ou encore d'un jeu vidéo 2.0 pour inciter les jeunes diplômés à devenir (auto-)entrepreneurs...

Une créativité unanimement saluée par le jury :

Vous nous avez montré l'importance de mettre en place une communication décalée pour capter l'attention de ces jeunes

a relevé Pascal Fuchs, directeur général adjoint à la direction de la Solidarité.

Le projet lauréat pourrait voir le jour dans le courant du premier trimestre 2019. Les finalistes auront par ailleurs la possibilité de déposer leur candidature pour le poste de community manager ou de stagiaire afin de rejoindre l'équipe de l'IEJ, en cours de recrutement.

 Julie Ledure, Sabrina Souri et Jessica Miceli ont remporté le premier prix du challenge Inititive pour l'emploi des jeunes. 

 

Un nouveau dispositif qui s'inscrit dans le plan national de prévention et de lutte contre la pauvreté

L'IEJ est un dispositif qui s'inscrit pleinement dans le plan national de prévention et de lutte contre la pauvreté dans lequel le Département vient de s'engager aux côtés de l'État.

Nous entendons bien y insérer un maximum de jeunes allocataires du RSA âgés de moins de 30 ans afin qu'ils trouvent rapidement un travail par la voie de l'apprentissage, de l'alternance ou de la formation

a assuré Doriane Bécue, la vice-présidente en charge de l'insertion et du retour à l'emploi.

 

 

Photos : Cédric Arnould