Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Objectif : zéro chômeur

Publié le 21 juin 2018 | Insertion Emploi

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Michel, 60 ans, travaille au garage solidaire de la Fabrique de l'Emploi à Tourcoing, un poste en CDI lui a été proposé après plusieurs années passées au RSA. Il entre dans le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée.

L’expérimentation "Territoires zéro chômeur de longue durée" est menée depuis un an à Tourcoing et Loos par le biais de la Fabrique de l’Emploi. Portée par la Métropole Européenne de Lille, elle bénéficie du soutien du Département.

Pour aller plus loin

Retrouvez toutes les informations sur le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée

Un local, des salariés et des habitants à la recherche de services... Rien ne semble différencier cette entreprise d’une autre. Pourtant, La Fabrique de l’Emploi a un statut particulier : c’est l’une des 10 entreprises à but d’emploi créée en France, sur la Métropole Européenne de Lille, dans le cadre de l’expérimentation "Territoires zéro chômeur de longue durée".

Lancé par ATD Quart Monde, ce projet part de l’idée que personne n’est inemployable et qu’il vaut mieux financer des emplois plutôt que des indemnités chômage

explique Ghislain de Muynck, le directeur de la Fabrique de l'Emploi.

Ce dispositif innovant s’appuie donc sur la Fabrique de l’Emploi, une association qui est répartie sur deux sites, les Phalempins à Tourcoing et les Oliveaux à Loos : 

C’est l’outil économique, elle est chargée de recruter, de signer les contrats qui sont des emplois en CDI, et de répondre aux besoins des quartiers et des habitants. Notre logique est de pouvoir embaucher rapidement pour démarrer les activités au plus vite.

 

L'objectif : pérenniser les gens dans leur emploi 

Nous ne sommes pas une association d’insertion, nous sommes là pour pérenniser les gens dans leur emploi

Précise Jean-Baptiste Tranchard, l’un des deux directeurs adjoints.

Ce projet s’appuie aussi sur un comité local. Composé de partenaires qui se mobilisent pour lutter contre la privation d’emploi, il a pour rôle de croiser les besoins des habitants sur le territoire avec les compétences des personnes à la recherche d’un emploi et de vérifier que les services retenus n’entrent pas en concurrence :

Nous devons proposer ce que les autres acteurs n’ont pas les moyens de faire, pour les habitants des Phalempins et des Oliveaux qui bénéficient de ces services sous condition de ressources. 

poursuit le directeur. Comme aider une personne âgée à faire le dernier kilomètre pour rejoindre son domicile lorsqu'elle quitte les transports en commun.

 

Retrouver un boulot, c'était inespéré !

Michele est l’un des 80 salariés. Il a été identifié par sa référente RSA pour participer aux travaux de groupe qui ont permis de développer les activités proposées aujourd’hui par la Fabrique de l’Emploi : garage solidaire, épicerie sociale, transport de personnes, maraîchage urbain... Car ici, les salariés sont tous très impliqués :

J’habite dans le quartier les Phalempins. J’ai été carrossier et peintre, j’ai eu l’idée du garage solidaire et je suis désormais le référent sur ce projet. J’étais au RSA, et j’ai 60 ans, alors retrouver un boulot à mon âge, c’était inespéré !

témoigne-t-il.

Nour tri la ferraille dans le garage solidaire de la Fabrique de l'Emploi, à Tourcoing.

Nour trie la ferraille dans le garage solidaire de la Fabrique de l'Emploi, à Tourcoing.

Nour était lui aussi chômeur de longue durée. Il s’occupe de la récupération de la ferraille :

Grâce à ce travail, j’ai repris espoir. Je suis vu autrement dans le quartier.

L’expérimentation est prévue pour une durée de cinq ans. Elle fera l’objet d’une évaluation.

 

Photo du haut : Michel est l'origine de la création du garage solidaire. 

Photos : D. Lampla