Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Adopté(e)s, une association porte votre voix

Publié le 06 décembre 2017 | Engagement solidarité


Stéphane et Kathleen ont été adoptés, ils sont membres de l'antenne lilloise de la Voix des Adoptés qui est hébergée au sein de la Maison de l'Adoption. Photo : Ph Houzé.

Kathleen et Stéphane ont été adoptés. Devenus adultes, et à l’issue d’un travail fait sur eux-mêmes, ils ont décidé de s’investir dans l’antenne lilloise de l’association la Voix des Adoptés, l'une des associations soutenues par le Département à travers la Maison de l'Adoption.

La Voix des Adoptés

L’association La Voix des Adoptés est accueillie au sein des locaux de la Maison de l’Adoption

20-24 rue Gombert à Lille (près du métro République).
Tél. 03 59 73 87 43 
Fax : 03 59 73 87 45 
maisonadoption@lenord.fr

 

L'antenne lilloise

L'adoption dans le Nord en 2016

• 71 adoptions dont

   40 nationales

   31 internationales

• 147 agréments délivrés

• 565 agréments en cours de validité

• 148 pupilles de l'Etat dont 76 enfants admis en qualité de pupille

 

Les autres articles

Chez eux, aucune volonté d’enjoliver les faits ou de faire preuve de langue de bois, juste celle de raconter leur parcours, avec leurs mots et leur ressenti.

Kathleen a 29 ans. Née au Vietnam, elle a été adoptée à l’âge de 6 ans en même temps qu’un petit frère avec qui elle n’a pas de lien biologique.

Ma mère m’a donné beaucoup d’amour, mais j’avais des difficultés à gérer mes émotions sans comprendre pourquoi. Comme beaucoup d’adoptés, j’avais cette capacité à me comporter en caméléon, par peur d’être abandonnée encore une fois.

La puissance de la VDA, c'est la compréhension mutuelle

 

Une lettre envoyée par sa mère biologique conduit à une rencontre qui l’oblige à faire face à un véritable conflit de loyauté à l’égard de ces deux mamans. "Jai pété les plombs", se souvient-elle. La jeune femme a alors 22 ans, elle est éducatrice spécialisée. Elle consulte une thérapeute qui lui conseille de se lancer dans le développement personnel.

En octobre 2014, quelques semaines avant de devenir maman, elle assiste à une réunion du collectif d'associations de la Maison de l'Adoption dont fait partie la voix des Adoptés (VDA). Cette rencontre va changer sa vie. Avec cinq autres jeunes adultes adoptés, elle crée l’antenne lilloise de la VDA. Stéphane est l’un d’entre eux.

Lui aussi réalise un travail sur son adoption. Il a alors 34 ans, souhaite fonder une famille nombreuse avec celle qui partage sa vie depuis plus de 15 ans. Mais le couple peine à avoir un enfant et entame en parallèle une procédure d’agrément en vue de l’adoption, pour donner leur chance à des enfants abandonnés, comme lui.

J’avais une vision de mon histoire faussée parce qu’il me manquait des pièces.

Il consulte son dossier et reconstruit chaque élément manquant :

Je pensais être né sous X alors que j’ai été retiré à ma mère dès ma naissance.

Lillois, il a été placé par les services sociaux dans une pouponnière, puis à l’âge de 9 mois dans une famille d’accueil. Il a neuf ans lorsqu'à l’issue d’une longue procédure, il est adopté officiellement par cette famille dont il porte désormais le nom.

Ma mère adoptive m’a aidé à me construire, elle m’a ainsi évité d’aller de famille en foyer.

Ce sont la recherche de ses origines, la demande d’agrément pour adopter et la naissance de sa fille qui l’aident aujourd'hui à changer son regard. Il peut alors donner un sens à toute la violence qu’il a en lui. Comme Kathleen, comme beaucoup d’enfants adoptés.

 

Un partenariat inédit entre le Département et un collectif d'associations

 

En 2014, lors de la conférence de la VDA où il fait la connaissance de Kathleen, il réalise qu’il n’est pas seul.

La puissance de la VDA, c’est la compréhension mutuelle et le sentiment d’être tous frères et sœurs. Nous avons une blessure commune : celle de l’abandon

souligne Kathleen, qui est devenue depuis co-responsable de l’antenne Lilloise de la VDA. Elle anime aussi des ateliers de développement personnel et de parentalité adoptive qui permettent de croiser les regards des parents, des postulants et des adoptés.

Stéphane, lui, a réalisé que son expérience et son témoignage peuvent servir à d’autres. Professeur de sport, il anime des ateliers d’expression artistique pour les adolescents qui viennent à la VDA.  

Entretiens individuels, groupes de parole, sophrologie... Ici, chaque bénévole met non seulement ses compétences au service des adoptés, mais aussi sa propre histoire, ce qui est une véritable force. Nous avons la chance inouïe d’être soutenus par le Département qui nous accueille dans les locaux de la Maison de l'Adoption, née d'un partenariat inédit entre le Département du Nord et un collectif d'associations. Cela nous apporte une grande légitimité et de la reconnaissance.

 


baseline