Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Un foyer de vie transformé en pays des merveilles

Publié le 27 octobre 2016 | Engagement solidarité


Des résidents en situation de handicap intellectuel participent à une restitution d'ateliers, sur le thème d'Alice au pays des merveilles. (Ph. C. Arnould)

Une vingtaine de résidents du foyer de vie Les Cattelaines à Haubourdin ont participé en 2016 à des ateliers théâtre hebdomadaires autour du roman de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles.

Vous avez pas vu un lapin ???

Une grande marionnette aux yeux hagards, vêtue d'une robe bleue, parcourt le réfectoire, l'air perdu. Face à elle, un groupe de personnes brandit des panneaux dans tous les sens, avant de s'asseoir autour d'une table et de taper des mains en rythme. Bientôt, les voici tous debout, les mains ornées de fleurs en papier et chantant, sur l'air d'une chanson connue :

Où t'es, lapin, où t'es ?

Quelques minutes plus tard, le spectacle s'achève par une vidéo où l'on voit plusieurs participants raconter des morceaux d'histoire et évoquer leurs rêves. Le public — les autres résidents, des membres de la famille, des amis — applaudissent longuement ce qui est en fait une "restitution d'ateliers".

 

"On oublie leur handicap"

 

On a fait plein d'autres choses. Ils ont travaillé énormément. Le projet était de construire avec eux. Cela a été, pour nous qui n'avions jamais travaillé avec un tel public, une expérience d'une richesse incroyable. Au début, on s'adapte, on fait avec eux, avec leurs physiques parfois atypiques, et puis on finit par oublier leur handicap

constatent Ariane Heuzé et Marion Zaboïtzeff, comédiennes professionnelles, qui ont travaillé avec des résidents de l'établissement, dans le cadre d'un dispositif d'aide au projet culturel pour les personnes en situation de handicap financé par le Département.

À l'origine du projet, Sandrine Wojtysiak, référente aux Papillons blancs de Lille, qui souhaitait proposer à l'établissement géré par l'association un projet autour de la marionnette.

D'où le choix de la compagnie lilloise À Kan la Dériv' qui en a fait sa spécialité. 

Je suis venu deux fois avec des marionnettes pour voir comment ils réagissaient. On a vu que ça leur faisait un effet dingue. Avec les marionnettes, il n'y a pas les mêmes limites. Et avec ce genre de public qui a des problèmes de communication, ça fait travailler l'imaginaire en direct

explique Anthony Diaz, metteur en scène de cette jeune compagnie. 

 

Soectacle foyer des Cattelaines Haubourdin 2

Le jardin du foyer de vie, décoré par les résidents. (Ph. C. Arnould)

 

Des participants très créatifs

 

L'idée était aussi de transformer tout le foyer de vie. Des ateliers de travaux manuels, la réalisation d'une fresque, l'apprentissage des percussions ont donc complété le projet.

Les comédiens, très complices, très humains, très bienveillants, se sont basés sur les idées que donnaient les participants. Ils ont été très créatifs et ils étaient super contents à chaque fois

témoigne Bénédicte Bigotte, éducatrice à l'Accueil de jour du foyer.

Parmi les participants, certains qui ne parlaient plus ou qui avaient tendance à s'isoler ont recommencé à communiquer. Et tous y ont pris du plaisir. Comme le dit, ravie, Ariane Heuzé :

C'est incroyable comme ils étaient heureux !

 

Spectacle foyer des Cattelaines Haubourdin 3

Les comédiens ont été très applaudis à la fin du spectacle. À droite : Anthony Diaz de la compagnie À Kan la Dériv' (Ph. C. Arnould)


baseline