Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Stationnement des camions sur la voirie pour le chargement de produits agroalimentaires

Publié le 24 mai 2016


Une concertation entre les partenaires concernés a abouti à un arrêté permanent qui permet, sous certaines conditions, le stationnement de camions en attente sur les routes départementales lors des opérations de chargement des produits agroalimentaires, et notamment l’enlèvement des betteraves.

Chaque année, les services en charge de l’exploitation des routes du département du Nord sont sollicités dans le cadre des opérations de chargement des produits agroalimentaires, et notamment l’enlèvement des betteraves.

En concertation avec la Chambre d’agriculture, la Commission interdépartementale betteravière (CIB) et l’entreprise TEREOS, un travail conjoint entre les départements du Nord et du Pas-de-Calais a donc été mené afin de déterminer les modalités d’enlèvement de manière à respecter la sécurité des usagers et à préserver le patrimoine routier.

Le résultat de cette concertation a abouti à un arrêté permanent qui permet, sous certaines conditions, le stationnement de camions en attente de chargement sur les routes départementales :

  • interdictions sur les routes à trafic supérieur à 3 000 véhicules par jour,

  • autorisations avec la mise en place d’une signalisation particulière et gestion de la circulation par alternat, selon des modalités techniques liées à la configuration du site (sommet de côtes, virages, ligne droite), pour les routes à trafic inférieur ou égal à 3 000 véhicules/jour et de largeur supérieure ou égale à 5,20 m.

  • Pour les routes dont la largeur de chaussée est inférieure à 5,20 m au droit du lieu de chargement, ce type de chargement ne pourra être autorisé que sous fermeture de la voie à la circulation avec mise en place d’une déviation.
    Ces dispositions devront être détaillées dans un arrêté de circulation temporaire et spécifique.

 

Il a été établi que ces dispositions, qui portent sur des opérations de chargement de durée assez courte (de l’ordre de deux heures), auront pour effet d’engendrer une gêne tolérable pour l’usager.

En contrepartie, il est estimé que cela devrait limiter les dépôts de boue sur la chaussée.