Version imprimable - Nouvelle fenêtre

La politique Ruralité présentée aux élus de l'Avesnois

Publié le 17 février 2016 | Innovation territoires


Patrick Valois, vice-président en charge de la ruralité, a rencontré le 16 février au ValJoly des maires et des agriculteurs de l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe. Avec un accent mis sur l'approvisionnement local.

Il est indispensable que vous sachiez qu'il existe une voix de la ruralité que je suis chargé de représenter.

Ainsi s'est exprimé Patrick Valois, vice-président du Conseil départemental, en présence d'une trentaine d'élus locaux de l'Avesnois et de quelques représentants du monde agricole.

Il était accompagné de Marie-Annick Dezitter, vice-présidente mais aussi référente départementale Ruralité pour l'Avesnois, ainsi que des deux conseillers départementaux du canton de Fourmies, Carole Devos et Mickaël Hiraux, et de Benoît Wascat, conseiller régional.

 

Rencontre P. Valois élus Avesnois Valjoly

 

Mon rôle, c'est d'aller à la rencontre de mes collègues vice-présidents pour mettre une petite ou une grande touche de ruralité dans l'ensemble des politiques du Département : l'action sociale, l'aménagement, la culture, le tourisme…

a précisé Patrick Valois, avant d'ajouter qu'en matière de politique agricole, la priorité pour les prochaines années serait l'approvisionnement local.

 

 

120 000 repas par jour

 

On sait que la profession agricole souffre, en particulier sur certaines filières comme la viande et l'élevage laitier. Le Département n'est pas en mesure d'apporter des solutions financières à ces difficultés. Par contre, le Département distribue chaque jour 120 000 repas dans les collèges, les maisons de retraite, les établissements pour personnes handicapées… qui pour l'instant sont peu approvisionnés localement.

Patrick Valois a évoqué la mise en place d'une équipe qui travaillera sur deux axes :

  • stimuler la demande, en partant à la rencontre des gestionnaires et des chefs cuisiniers de collèges, 
  • organiser l'offre.

 

C'est là le plus gros défi. Il est important que l'approvisionnement en produits locaux puisse se faire de façon facile et efficace. On attend de la profession agricole qu'elle réussisse à s'organiser pour proposer des produits qui contribuent à l'approvisionnement des territoires.

 

Patrick Valois 16:02:16 - copie
Patrick Valois, vice-président du Conseil départemental du Nord, chargé de la Ruralité.

 

Patrick Valois a annoncé la création de huit territoires d'approvisionnement qui mixeront l'offre et la demande. Puis il a évoqué d'autres pistes de travail, notamment pour aider les agriculteurs à diversifier leur activité afin de compléter leurs revenus :

  • le renforcement de l'accueil familial des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, avec la possibilité de créer un label "accueil familial à la ferme" ;
  • l'approvisionnement de centres de méthanisation par les déchets de fauche des bas-côtés des routes départementales. La fauche serait réalisée par les agriculteurs qui pourraient en utiliser le produit pour la méthanisation ;
  • la réhabilitation de bâtiments agricoles pour les transformer en habitat social.

 

Il faut être avant tout pragmatique et cohérent

a conclu le vice-président, avant de répondre aux questions de la salle.

 

 

L'approvisionnement local pour les seniors

 

Patrick Valois a profité de son déplacement dans l'Avesnois pour visiter l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes Les Vertes Années à Wignehies. 

Il a notamment questionné le directeur de l'établissement Philippe Pelletier et son chef cuisinier Emmanuel Richez sur la façon dont ils s'approvisionnent pour nourrir les résidents.

 

P. Valois Ehpad Wignehies

 

C'est la centrale d'achat API Hainaut qui nous fournit l'ensemble des produits alimentaires, dont 90 % de produits frais. Beaucoup sont achetés auprès de producteurs locaux.
On a un prix de journée alimentaire de 4,36 € qui couvre les trois repas ainsi que les collations. Depuis deux ans, ce prix n'a pas augmenté. On peut avoir une exigence de qualité et cependant des prix compétititfs car on a une bonne écoute du prestataire

a expliqué Philippe Pelletier, ajoutant que le pain était acheté directement auprès de deux artisans boulangers de Wignehies et Sains-du-Nord.

 


baseline