Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Un "club des six" pour la région

Publié le 13 janvier 2016 | Le Nord Institution


De gauche à droite : Nicolas Fricoteaux (président du Conseil départemental de l'Aisne), Edouard Courtial (président du Conseil départemental de l'Oise), Xavier Bertrand (président du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie), Michel Dagbert (président du Conseil départemental du Pas-de-Calais), Jean-René Lecerf (président du Conseil départemental du Nord) et Laurent Somon (président du Conseil départemental de la Somme), à Lille le 13 janvier 2016. (Photo Dominique Lampla)

Les présidents du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie et des 5 Départements de la région se sont réunis à Lille, mercredi 13 janvier.

C'était une première. Autour de Xavier Bertrand, président de la Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, les présidents des cinq conseils départementaux étaient réunis ce mercredi 13 janvier : Jean-René Lecerf (Nord), Michel Dagbert (Pas-de-Calais), Nicolas Fricoteaux (Aisne), Laurent Somon (Somme) et Édouard Courtial (Oise).

Objectif de cette première réunion de travail : constituer un "club des six" (selon l'expression de Jean-René Lecerf), appelé à se réunir très régulièrement (toutes les six semaines) pour permettre à la Région et aux cinq Départements de mieux travailler ensemble sur les politiques publiques qui les concernent tous.

Au programme des discussions également, la question des transferts de compétences prévus notamment par la loi NOTRe.

 

Édouard Courtial s'est félicité de cette

initiative qui montre qu'on est capable de parler de manière très libre, sans tabou, au bénéfice des habitants de notre nouvelle grande région.

Pour Laurent Somon, la Région et les cinq Départements sont désormais

entrés dans une politique d'action qui veut être mesurée sur son efficacité.

 

L'emploi en tête des préoccupations

 

Tout en haut de la liste des préoccupations communes des six collectivités se trouve bien sûr le retour à l'emploi des allocataires du RSA.

Pour beaucoup de Départements, dont le Nord,
c'est une question de vie ou de mort

a rappelé Jean-René Lecerf.

Le Département du Nord est obligé, dans un premier temps, de se consacrer en priorité aux allocataires les plus proches de l’emploi. Mais si nous réussissons le défi de leur permettre de retrouver un emploi, ce sera non seulement une action de solidarité formidable, mais cela représentera aussi 200 millions d’euros économisés par le Département, qui permettront de redynamiser l’insertion sociale.

Pour agir concrètement en faveur du retour à l'emploi, Xavier Bertrand s'est engagé à favoriser l'accès des demandeurs d'emploi et tout particulièrement des allocataires du RSA à la formation professionnelle, gérée par la Région.

Nous pouvons montrer qu'il n'y a pas de fatalité à ce que le nombre d'allocataires du RSA ne diminue pas. C'est notre première priorité

a commenté Xavier Bertrand, qui mise sur deux piliers :

  • "travail en commun" entre la Région et chaque Département
     
  • "sur-mesure", pour proposer à chaque allocataire une formation qualifiante qui corresponde non seulement à ses besoins mais à l'offre d'emploi disponible.
 
 
 

Des formations qualifiantes pour les demandeurs d'emploi

 

Nous signerons très prochainement une convention et dès les semaines suivantes, nous ferons des propositions pour le retour à l'emploi des allocataires du RSA

a annoncé le président du Conseil régional.

L'idée est de proposer des formations qualifiantes qui correspondent aussi aux besoins des entreprises sur le territoire

a commenté Nicolas Fricoteaux, ajoutant :

Il y a une attente très forte de la population pour que les représentants élus s'entendent pour trouver des solutions, notamment sur la question de l'emploi. Il faut que ce qui fonctionne chez l'un puisse être reproduit chez l'autre.

 

Les présidents de la Région et des 5 Départements
De gauche à droite : Laurent Somon (Somme), Nicolas Fricoteaux (Aisne), Xavier Bertrand (président du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie), Jean-René Lecerf (Nord), Michel Dagbert (Pas-de-Calais) et Edouard Courtial (Oise), lors de la conférence de presse (photo Dominique Lampla).

 

 

Transports : "Les Départements savent faire"

 

Autre sujet très concret abordés par les six présidents : le transfert de la compétence en matière de transports interurbains et des transports scolaires, prévu par la loi NOTRe, des Départements à la Région. Il doit être effectif le 1er janvier 2017, mais la loi prévoit que la Région puisse déléguer cette gestion aux Départements.

Avant les élections régionales, Jean-René Lecerf avait indiqué, au nom du Département du Nord, qu'il était favorable à cette délégation, mais qu'elle ne pourrait se réaliser que s'il en était de même pour les quatre autres Départements.

C'est le cas, et Xavier Bertrand a annoncé que la Région déléguerait la compétence transports aux Départements :

Il n'y aura pas de changement pour les bénéficiaires. Les Départements savent faire, je préfère laisser faire ceux qui savent.

 

 

 

Une première rencontre très riche

 

D'autres sujets ont été abordés lors de cette première rencontre très riche et seront développés lors des prochaines réunions de travail de ce "groupe des six" :

  • le développement économique, les "grands chantiers" (au premier rang desquels le canal Seine-Nord) et la renégociation des Contrats de Plan État-Région-Départements,

  • la répartition des fonds européens, avec la nécessité d'amener la Picardie au niveau de soutien dont bénéficiait le Nord-Pas-de-Calais,

  • la ruralité et le soutien à l'agriculture régionale, avec notamment le développement de l'approvisionnement local dans la restauration collective qui fait l'objet d'un intérêt unanime de la part des six collectivités :

La région a besoin de la locomotive économique qu'est la Métropole, mais il n'y a pas que la Métropole ! Nous devons travailler, avec nos différentes politiques, à ce que les territoires ruraux ne se sentent pas abandonnés

a commenté Xavier Bertrand.

  • les domaines d'intervention partagés que sont le sport ou encore la culture :

Nous nous sommes posé la question de savoir si on travaillait à un décroisement des subventions ou si on continuait de subventionner chacun de son côté. Mais nous n'avons pas tranché, nous devons encore travailler sur ces questions

a expliqué Jean-René Lecerf.


baseline