Version imprimable - Nouvelle fenêtre

À la rencontre des agriculteurs de l'Avesnois

Publié le 03 décembre 2015 | Innovation territoires


Annick Dezitter et Patrick Valois, en compagnie de M. et Mme Painchart, dans leur étable à Rainsars.

Patrick Valois, vice-président chargé de la ruralité, s'est rendu le 1er décembre 2015 dans l'Avesnois pour rencontrer les producteurs du territoire. Pour les aider à faire face à la crise, un objectif : favoriser l'approvisionnement local.

Document à télécharger

Retrouvez les six référents ruralité (communiqué de presse - PDF)

Actualités

Pierre et Véronique Painchart sont éleveurs bovins à Rainsars, entre Avesnes-sur-Helpe et Fourmies. Depuis que son mari a repris l'exploitation familiale au début des années 1990, Véronique est aussi membre du Savoir Vert : elle accueille à la ferme des groupes scolaires pour leur faire découvrir le lait, le bocage et l'agriculture en général.

Leurs 75 hectares de pâtures et de maïs nourrissent 80 vaches laitières et une cinquantaine de génisses que depuis cinq ans ils élèvent avec l'aide de leur fils François. Le lait part pour les trois-quarts à la laiterie. Le dernier quart est transformé sur place en beurre, crème et yaourts. 

On a pris la conjoncture de plein fouet, avec trois crises successives. Depuis 15 mois, on livre notre lait sous le coût de production. C'est pourquoi notre souhait est d'amplifier la vente directe qui nous apporte de la valeur ajoutée.

explique Véronique Painchart.

Le 1er décembre, le vice-président Patrick Valois, accompagné de Marie-Annick Dezitter, référente ruralité pour l'Avesnois, s'est rendu à la ferme du Pont de l'écluse, à la rencontre du couple d'éleveurs, mais aussi d'autres représentants du monde agricole, comme Jean-Christophe Rufin, président de l'Union agricole d'Avesnes et Damien Carlier de l'Adarth (association de développement agricole et rural de la Thiérache).

 

Vers un approvisionnement local des cantines

 

Patrick Valois a expliqué aux producteurs que, si le Département n'avait plus les moyens de les aider financièrement par des subventions, il était néanmoins déterminé à les soutenir en encourageant l'approvisionnement local dans la restauration scolaire des collèges, mais aussi dans les maisons de retraite et les foyers pour personnes en situation de handicap — autant de structures pour lesquelles le Département est force de décision. Cela représente pas moins de 130 000 repas par jour.

Il y aura très prochainement au Département un chargé de mission pour cette politique. Nous avons un objectif ambitieux de 100% d'approvisionnement local. Même si nous savons que c'est irréalisable, nous voulons que les gestionnaires d'établissement se posent pour chaque produit la question : est-ce possible d'acheter local ?

a affirmé Patrick Valois, avant de conseiller au monde agricole de s'organiser pour mieux répondre aux appels d'offres.

Le Département a d'ores et déjà pris la décision d'autoriser une augmentation de 5% du prix du repas dans les collèges où 25% de l'approvisionnement est local.

On est en mesure, vu la taille du département, d'imprimer une dynamique qui pourrait faire suivre la Région, les cantines d'hôpitaux, etc. On veut vraiment y aller massivement.

a-t-il souligné. 


baseline