Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Faches-Thumesnil : contre les discriminations, la lutte continue

Publié le 01 juin 2015


Atelier citoyen Fâches lutte contres discriminations. Photo : C. Bonamis

Fâches-Thumesnil a accueilli vendredi 29 mai le deuxième Atelier citoyen sur le thème "Agir pour l'égalité, contre les discriminations". Une soixantaine de personnes y ont participé.

Forum de clôture

Pour participer au forum de clôture des ateliers citoyens, le jeudi 2 juillet 2015 à 18 h 30 à la salle André-Wauquier à Saint-André, inscrivez-vous par mail en cliquant ici ou téléphonez au 03 59 73 67 32.

Les vidéos

Les autres articles

Vidéos

Après le forum de lancement, le 11 mai à Roubaix, et l'Atelier organisé à Caudry le 26 mai, c'était donc le troisième rendez-vous adressé aux Nordistes par le Département pour échanger, débattre, contribuer à faire progresser la lutte contre les discriminations.

Une soixantaine de personnes, venues de tout l'arrondissement de Lille, ont répondu à cette invitation. Parmi elles, beaucoup de membres d'associations impliquées dans la lutte contre  les discriminations, MRAP, SOS Homophobie, Centre d'information sur les droits des femmes et des familles, Fédération Léo-Lagrange, Francas, Papillons-Blancs, centre Hélène-Borel, etc.

Ont également participé à cet Atelier des professionnels de l'action sociale ainsi que des agents de l'Education nationale.

 

"Nous sommes là ce soir

pour travailler sur la prévention"

 

Le mot discrimination vient du latin "discriminis", qui veut dire "séparation". Une séparation, c'est douloureux, la douleur on la reçoit dans la tête, dans le coeur. Et quand on touche au coeur, cela peut entraîner la déconstruction d'une personnalité, d'une vie

a dit en préambule Joëlle Cottenye, vice-présidente du Conseil départemental, en charge de l'Education et des Collèges.

Personne n'est épargné, les discriminations concernent tous les domaines. A la base de tout ça, il y a un problème d'éducation. Nous sommes là ce soir pour travailler sur la prévention. Les préjugés, c'est ce contre quoi on doit se battre.

 

Comme en écho à ces paroles, une participante a livré son témoignage personnel :

Je suis en butte aux discriminations depuis que j'ai divorcé, c'est-à-dire depuis que j'ai repris mon nom de jeune fille à consonance maghrébine : on ne me regarde plus de la même manière !

 

Fachesdiscrimination2

"Les discriminations concernent tous les domaines, personne n'est épargné"
a estimé Joëlle Cottenye, vice-présidente en charge de l'Education et des Collèges
(photo : C. Bonamis)

 

Les participants à l'Atelier ont ensuite travaillé en groupe sur trois thématiques, qui seront les piliers de la politique "Agir pour l'égalité, contre les discriminations", soumise au vote des conseillers départementaux avant la fin de cette année :

  • emploi et économie.
  • enseignement et projet éducatif.
  • territoires.

 

 

"Il existe un label "Egalité"

et un label "Diversité" pour les entreprises" 

 

 

L'assistance a aussi été sollicitée pour témoigner et donner son avis sur les points suivants : avez-vous déjà été discriminé ou discriminant ?; quelles sont à votre avis les intitiatives qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas ?.

Du riche et long débat qui s'en est suivi, on peut retenir ces quelques réflexions et contributions :

  • "Finalement, je ne sais pas quand j'ai été discriminant. Pour le savoir, j'ai besoin d'un effet miroir, il faut que la personne en face exprime qu'elle s'est sentie discriminée, et de quelle façon"
     
  • "Dès la petite enfance, on pronostique d'après le profil de l'enfant s'il peut aller vers un parcours éducatif de tel ou tel type. C'est très injuste".
     
  • "Ce qui ne fonctionne pas, c'est l'inadaptation de notre société aux personnes handicapées, qui ne peuvent pas entrer dans des bâtiments publics et aller où elles voudraient".
     
  • "Le Nord est souvent stigmatisé et cette discrimination passe par les médias".
     
  • "On va naturellement vers des gens qui nous ressemblent : il faut créer des lieux où des gens d'horizons divers puissent se rencontrer".
     
  • "Pour les entreprises citoyennes, il existe un label "Egalité" homme-femme et un label "Diversité" qui sont trop peu connus et utilisés".
     
  • "Les employeurs doivent mettre en place un système de CV anonyme qui ne dit rien de l'âge, du sexe, de l'origine, du quartier du candidat".
     
  • "La police, garante de la loi, a parfois des attitudes discriminantes".
     
  • "A qui s'adresser quand on est discriminé : on ne le sait pas, et on ne sait pas quelles preuves il faut produire".

 

Le forum de clôture qui fera la synthèse des Ateliers citoyens consacrés à la lutte contre les discriminations est programmé le 2 juillet, salle André-Wauquier à Saint-André, en présence de Jacques Toubon, Défenseur des droits.

 


baseline