Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Tourcoing : journée baroque au collège

Publié le 27 janvier 2014 | Emotion culture


Cinq musiciens du Concert d'Astrée ont passé la journée du 23 janvier au collège Lucie-Aubrac à Tourcoing, pour une répétition publique du concert de musique de chambre "Il Maestro Vivaldi".

C'est une journée excitante, pour les 6es SEGPA de Dominique Lorthioir : ce 23 janvier, ils vont jouer le rôle de "régisseurs" pour les cinq musiciens du Concert d'Astrée qui viennent répéter le programme qu'ils donneront pour un concert consacré à Vivaldi.

D'abord, le matin, les accueillir dans la salle polyvalente du collège, réceptionner le magnifique clavecin du Concert d'Astrée, s'assurer que les musiciens accordent bien leurs violons, être au plus près d'eux pour pouvoir leur poser toutes sortes de questions, installer une soixantaine de chaises pour la répétion publique qui a lieu l'après-midi.

 

Un auditoire captivé

 

Car l'après-midi aux 6e SEGPA se joignent une classe de CLIS (classe pour l'inclusion scolaire) de l'école Brossolette, toute proche du collège Lucie-Aubrac, ainsi qu'une classe de 6e du collège et leur enseignante de musique, Camille Tristam.

L'auditoire, d'abord un peu agité, est vite captivé par le propos : les musiciens, Emmanuel Curial et James Jennings (violons), Vincent Blanchard (hautbois), Ariane Lallemand (violoncelle), Jean-Miguel Aristizabal (clavecin) présentent leurs instruments, démonstrations à l'appui.

 

ConcertD'astree-1-CB

La salle polyvalente dispose d'une bonne acoustique, les élèves sont sous le charme et les questions fusent : "A quoi sert un archet ?", "Pourquoi les violonistes pincent-ils leurs cordes ?", "Pourquoi le clavecin est-il ouvert ?", etc, des questions auxquelles les musiciens répondent avec un plaisir évident et beaucoup de savoir-faire.

Cerise sur le gâteau : les musiciens interprètent le premier mouvement d'un concerto pour hautbois de Vivaldi, puis, décortiquant la mécanique, mettent à nu ses différents plans sonores.

 

"Ouverture et tolérance"

 

Autre cadeau : l'interprétation d'une "follia" (toujours de Vivaldi), dont Emmanuel Curial, excellent maître de cérémonie, explique :

c'est une danse d'origine espagnole beaucoup utilisée par les compositeurs baroques, c'est une sorte de "tube" de l'époque.

Une dernière question ?

Est-ce que vous pouvez nous jouer encore le concerto pour hautbois ?

demande un élève dans l'auditoire. Les musiciens s'exécutent de bonne grâce : ça s'appelle un "bis".

Les deux heures ont bien vite passé, les 6es SEGPA retrouveront le Concert d'Astrée le lendemain, le 24 janvier, cette fois à l'Opéra de Lille, où ils assisteront au programme Vivaldi.

Je me sers de la musique depuis des années : pour un travail d'ouverture et de tolérance car c'est une musique que les élèves ne connaissent pas, et comme support à de la pratique d'écriture,

explique Dominique Lorthioir.

En effet, ses élèves ont correspondu par mails avec certains musiciens en octobre dernier, l'orchestre étant alors en tournée à Vienne, New-York, Paris, etc., pour Aci, Galatea e Polifemo, de Haendel.

Reconnu "Talent du Nord" par le Département, le Concert d'Astrée contribue au rayonnement national et international du Nord.

 

 

Photos : Christophe Bonamis

 

 


baseline