Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Des consultations gratuites en sexologie pour les Nordistes

Publié le 24 août 2021

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Depuis quelques mois, des Centres Gratuits d'Information, de Dépistage et de Diagnostic du Nord (CeGIDD) proposent des consultations en sexologie. François Virecoulon, médecin sexologue au service de prévention santé de Lille, nous en dit plus.

Habilités par l'Agence Régionale de Santé, les Centres Gratuits d'Information, de Dépistage et de Diagnostic du Nord accueillent toute personne se posant des questions sur sa santé sexuelle.

Depuis quelques mois, certains d'entre eux proposent également des consultations en sexologie sur rendez-vous. Le Service de Prévention Santé (SPS) de Lille est le premier à les avoir mises en place.

Qu'est-ce que la sexologie ?

François Virecoulon : La sexologie étudie la sexualité humaine et ses manifestations. Elle est au carrefour de plusieurs disciplines. C'est une approche qui fait le lien entre le corps et l'esprit, qui aborde le patient dans sa globalité et sa complexité. Pour le dire de façon provocatrice, ce n'est pas qu'une question de mécanique !

Les bases de la sexologie moderne ont été posées dans les années 60 par les américains Masters et Jonhson, respectivement médecin obstétricien et psychologue. Leurs travaux ont notamment décrit les quatre phases du cycle sexuel, et les troubles sexuels qui peuvent y être liés.

La sexologie fait l'objet d'un encadrement légal. Le diplôme interuniversitaire de sexologue est une formation complémentaire. Il n'est ouvert qu'à certaines professions de santé, comme médecin ou psychologue.

Quels sont les motifs de consultation ?

F. V : Le principal motif de consultation concerne les dysfonctionnements liés au cycle sexuel ou cycle de la réponse sexuelle. Cela peut ainsi concerner un problème d'absence de désir, un problème lié à la phase d'excitation, comme une difficulté de lubrification chez la femme ou d'érection chez l'homme. Certaines personnes consulteront pour des douleurs pendant les rapports (dyspareunie), des troubles de l'orgasme ou des défauts de contrôle.

Autre cause de consultation : les questions liées à l'orientation sexuelle et parmi elles, la transidentité. Je travaille, d'ailleurs, dans le groupe transgenre mis en place au CHU de Lille pour accompagner les personnes dans ces situations.

Enfin de manière très minoritaire voire inexistante, les personnes peuvent consulter pour ce que nous appelons la paraphilie : les perversions ou dérives sexuelles qui peuvent être dangereuses.

Au SPS de Lille, nous recevons au moins une personne par semaine. Notre public est à 80 % composé d'hommes autour de la trentaine. Cela peut montrer que la sexologie est le reflet des changements sociétaux et que les hommes d'aujourd'hui se posent beaucoup de questions sur la place qui est la leur.

Comment se déroule une consultation ?

F. V : Les consultations se font sur rendez-vous, pendant les horaires d'ouverture des CeGIDD. Elles sont gratuites et anonymes.

Pendant une consultation, le sexologue développe une approche moins linéaire que celle de la médecine traditionnelle. Il va creuser le profil du patient pour étudier sa problématique de manière globale.

Au cours de la conversation, il recueillera plusieurs types d'informations. Des informations strictement médicales liées à son âge ou à des pathologies spécifiques. Ainsi, des douleurs pendant les rapports chez la femme peuvent être la conséquence d'une endométriose non soignée par exemple. Des informations d'ordre psychologique : voir comment va la personne, comment va son couple et quelle est sa situation familiale. Les données socio-culturelles sont également prises en compte.

Tous ces facteurs sont croisés pour accompagner la personne sur un terme plus ou moins long en fonction de ses besoins. Le sexologue se comporte un peu comme un coach. Cela demande aussi un engagement de la part du patient, comme toute démarche d'introspection.