Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Vaccination : des Camions bleus sur toutes les routes du Nord

Publié le 30 juillet 2021

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Après le succès rencontré par le vaccinobus de l'Avesnois, le service de vaccination mobile est étendu à tout le département à partir du 2 août. Plusieurs dizaines d'étapes, gratuites et sans rendez-vous, sont programmées cet été.

Dans l'Avesnois, le vaccinobus fait le plein depuis son lancement le 13 juillet. Dans les villes et villages traversés, la mise en place du "pass sanitaire" et la reprise de l'épidémie ont convaincu de nombreux Nordistes de se faire vacciner.

En partenariat avec l'Agence régionale de santé (ARS), ce service départementale de vaccination mobile est donc étendu aux autres territoires.

Pour qu'aucun Nordiste, où qu'il habite, ne soit dans l'impossibilité d'être vacciné, j'ai souhaité mobiliser nos services et nos Camions bleus pour aller à la rencontre des habitants partout sur le territoire

Christian Poiret, Président du Département du Nord. 

Plus de 50 haltes aux quatre coins du Nord

Dès ce lundi 2 août, un vaccinobus sillonnera aussi les villes et les villages du Cambrésis. Sa première halte sera pour les Rues-des-Vignes, près de l'abbaye de Vaucelles. Des demi-journées de vaccination suivront ensuite à Doignies, Saulzoir, Marcoing, Carnières et Paillencourt.

Le 4 août, c'est le Douaisis qui entre dans la danse. Le vaccinobus passera par Féchain, Lallaing, Écaillon, Cantin, Lécluse, Montigny-en-Ostrevent mais aussi Fenain, Masny et Villers-au-Tertre.

La vaccination mobile démarrera le 6 août dans les Flandres: Steenvoorde, Vieux-Berquin, Renescure, Arnèke, Boeschèpe, Houtekerque, Noordpeene ou encore Morbecque.

Le Valenciennois en bénéficiera dès septembre.

Retrouvez tous les passages de nos Camions bleus près de chez vous sur notre carte interactive

Là où le Camion bleu passe, rendez-vous est donné aux primo-vaccinés pour un deuxième passage trois semaines plus tard.

Mobilisation exceptionnelle des services départementaux

Tout est allé très vite pour qu'en quelques jours, au milieu de l'été, ce service puisse être lancé.

L'Agence régionale de santé, les Services de prévention santé et les équipes de la Protection maternelle et infantile du Département, avec les centres hospitaliers locaux, ont tous travaillé main dans la main pour arriver à ce résultat.

De réels centres de vaccination

Les vaccinobus du Département sont sur roues, mais il sont comme tous les centres de vaccination. Il faut y présenter une carte de Sécurité sociale et une pièce d'identité. Les moins de 18 ans doivent aussi avoir une autorisation de vaccination signée de leurs deux parents.

Dans l'Avesnois par exemple, un médecin et deux infirmières se chargent d'effectuer l'injection, de rassurer les plus inquiets, de surveiller d'éventuels effets secondaires. Les personnes vaccinées s'assoient sous un chapiteau au grand air pendant le quart d'heure de prudence post-vaccination.

J'ai enrôlé les collègues du Service de Prévention Santé de Sambre Avesnois, reconnaît Christian Castel, lui-même médecin dans ce service, responsable du centre de vaccination d'Avesnes et du vaccinobus. Nous avons aussi des collègues du centre hospitalier qui viennent vacciner, des infirmières libérales, des collègues de la Protection Maternelle et infantile, du centre de vaccination d'Avesnes porté par la communauté de communes. Nous sommes tous très mobilisés.

Les Nordistes sont au rendez-vous

12 haltes du vaccinobus sont programmées dans l'Avesnois en juillet et en août.

J'ai vu sur les réseaux que le Vaccinobus s'arrêtait à Grand-Fayt aujourd'hui, à 100 mètres de chez moi. Je n'étais pas très partante pour me faire vacciner à la base. Je me suis dit que c'était l'occasion, puisque c'était possible dans mon village. 

Lola, 17 ans, première dose le 27 juillet à Grand-Fayt.

Le vaccinobus, déjà adopté, s'arrête sur les places de village, les marchés, les ducasses, devant les maisons de retraite et entreprises, comme dernièrement à Lactalis à Petit-Fayt.Nous sommes 180 sur ce site de fabrication de beurre et de conditionnement du lait. Plus de la moitié de notre équipe est déjà vaccinée, explique Alban Cnudde, responsable santé, sécurité et environnement de l'entreprise. Avant de conclure : nous sommes 180 sur ce site de fabrication de beurre et de conditionnement du lait. Plus de la moitié de notre équipe est déjà vaccinée.