Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Protection de l'enfance : ce qui change dans le Nord

Publié le 23 octobre 2019 | Enfance Famille Santé

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

De nouvelles mesures seront déployées jusqu'en 2022 pour renforcer la prévention et l'accompagnement des jeunes confiés à l'Aide sociale à l'enfance. Symboliquement, c'est dans le Nord, Département pionnier qui compte parmi les plus jeunes de France, que le Secrétaire d'État Adrien Taquet a présenté mi-octobre la nouvelle stratégie nationale pour la protection de l'enfance.

Cette nouvelle stratégie prévoit de mobiliser 80 millions d'euros au bénéfice de 30 Départements volontaires pour contractualiser avec l'État.

Dans le cadre de la Maison d'enfance René Birette à Marcq-en-Barœul, Jean-René Lecerf, Président du Département du Nord, et Adrien Taquet, Secrétaire d'État en charge de la Protection de l'enfance, ont signé une première lettre d'intention devant plus de 400 personnes : des cadres de l'action sociale, des représentants d'associations, des assistants familiaux et des magistrats.

Nous sommes convaincus de la nécessité d'unir nos forces avec l'État pour mieux répondre aux besoins des plus vulnérables d'entre nous

explique Jean-René Lecerf, qui rappelle que le Nord a été le premier Département à s'engager avec l'État dans la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, dès décembre 2018.

Un engagement avant la fin de l'année

De nouvelles mesures devraient donc être actées d'ici la fin de l'année

Nous souhaitons notamment mettre en place des intervention plus précoces chez les tout-petits, et travailler sur la prévention de toutes les formes de rupture chez les jeunes que nous accompagnons

détaille Yves Dusart, vice-président en charge de l'Enfance, la Famille et la Jeunesse.

Jean-René Lecerf, Président du Département du Nord, Adrien Taquet, Secrétaire d'État en charge de la Protection de l'enfance, Yves Dusart, vice-président en charge de l'Enfance, Famille, Jeunesse, Geneviève Mannarino, vice-présidente en charge de l'Autonomie et Paul Christophe, conseiller départemental, député du Nord, ont visité la Maison d'enfance René Birette à Marcq-en-Baroeul. 

Ces mesures compléteront celles déjà actées dans la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté :

  • mieux prendre en compte les besoins fondamentaux des tout-petits en renforçant les interventions précoces.
  • réaliser un bilan de santé complet pour tous les enfants entrant à l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE).
  • développer les réseaux de sociabilité comme le parrainage, les tiers bénévoles
  • renforcer la participation des enfants à leur projet de vie (choix du référent de parcours à la majorité)
  • accompagner la prise de fonction des nouveaux professionnels et les soutenir face aux incidents violents.

Pour mener à bien l'ensemble de ces missions, plus de 150 agents ont été recrutés depuis le début de l'année au sein des services sociaux départementaux.

Le Nord en première ligne

En choisissant le Nord pour dévoiler cette nouvelle stratégie, l'État souligne l'importance particulière de la jeunesse dans notre département, qui enregistre chaque année plus de 30 000 naissances. Il est l'un des départements les plus jeunes de France avec une moyenne d'âge de 36,7 ans contre 41 à l'échelle nationale. 

Collectivité compétente en matière de protection de l'enfance, le Nord protège aujourd'hui près de 20 000 enfants qui font l'objet d'au moins une mesure de protection judiciaire ou administrative et accompagne progressivement 1000 jeunes majeurs à leur sortie de l'Aide Sociale à l'Enfance.