Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Sur les traces de la Résistance au fort de Bondues

Publié le 05 août 2019 | Culture Sport

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le Département accompagne 125 musées thématiques situés près de chez vous. Nouvel épisode de notre série estivale pour (re)découvrir ces pépites culturelles locales avec le musée de la résistance à Bondues.

Coordonnées

Musée de la Résistance de Bondues
Avenue du Général de Gaulle
59910 Bondues

Infos pratiques

Le musée est ouvert en juillet et août les lundis, mercredis, jeudis et vendredis de 14 h à 18 h (visite libre). Fermeture de la billetterie à 17 h 30. Tarif : 6€ audioguide inclus. Gratuit pour les moins de 12 ans.

Le saviez-vous ?

Après la guerre de 1870, l'État-major décide de moderniser le système de défense autour de Lille. Construit sur la commune de Bondues, le fort Lobau contrôle la RN 17 de Lille à Menin, principale voie de communication vers la Belgique toute proche.

 

À voir, à faire

  • Une visite du Château du Vert-Bois et de son parc, 60 hectares hors du temps où découvrir la nature et les oiseaux de passage. 
  • Une halte à l'aérodrome de Bondues pour regarder les avions, planeurs ou ULM qui décollent, et pourquoi pas, s'offrir un baptême de l'air !

Lien utile

Le portail "Mémoire 14-45" présente les collections issues des deux conflits mondiaux conservées dans une douzaine de musées de Belgique et des Hauts de France.

Situé dans le fort Lobau, le musée de la résistance de Bondues vous propose de suivre le parcours des résistants du Nord à travers une visite. 

Théâtre de l'exécution de 68 résistants pendant la Seconde Guerre mondiale, le site perpétue la mémoire de ces hommes au sein d'un mémorial. Scènes reconstituées, objets, photographies, documents d'époque et témoignages vidéos émouvants évoquent le souvenir de l'Occupation et de ceux qui en ont bravé les dangers.

Le musée de Bondues présente entre autres une collection d'objets liés à la Résistance méconnue de la Première Guerre mondiale : sacoche et dernière lettre de Léon Trulin, messages du réseau La Dame blanche aux services secrets anglais...

Un espace est également dédié à la presse clandestine, très importante dans la région, et notamment au journal "La Voix du Nord". La salle du sacrifice relate l'engagement d'un groupe de déportés d'Esterwegen qui parvinrent à fabriquer et distribuer un journal clandestin au sein du camp. Les quelques feuillets restants, présentés dans la salle, sont en quelque sorte leurs reliques.

Un parcours dédié au jeune public

Le musée se visite en présence d'un guide ou librement avec audioguides, qui replonge le visteur dans l'ambiance sonore et musicale de l'époque. Un parcours jeune public permet aux 7-12 ans d'aborder cette période plus aisément, munis d'un "livret de mission" ludique.

Jusqu'au 3 novembre 2019, l'exposition Les enfants de la Résistance, basée sur la bande dessinée du même nom, est d'ailleurs destinée aux plus jeunes visiteurs.