Version imprimable - Nouvelle fenêtre

À Wormhout, des trésors photographiques s'offrent à vous

Publié le 31 juillet 2019 | Culture Sport

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le Département accompagne 125 musées thématiques situés près de chez vous. Notre série estivale pour vous faire (re)découvrir ces pépites culturelles locales se poursuit avec la visite du Musée Jeanne Devos situé à Wormhout.

Coordonnées

Musée Jeanne DEVOS
17 rue de l’Église
59470 Wormhout
Tél. : 03 28 65 62 57

www.ot-hautsdeflandre.fr

Infos pratiques

Durée de la visite : 1h30.

Horaires d’ouverture :
Du 1er avril au 31 octobre : tous les jours (sauf le mercredi) de 14h à 17h et le premier dimanche du mois de 15h à 18h.
Du 1er novembre au 31 mars : les lundis, jeudis et samedis de 14h à 17h.

Tarifs : Adulte 2,20€ / moins de 15 ans 1€ / groupe 1,80€

Le saviez-vous ?

La ville de Wormhout abrite aussi le Centre Iconographique de la Flandre qui rassemble des milliers de trésors photographiques en provenance de photographes locaux et de familles du territoire.

À voir, à faire

Aller admirer le moulin Deschodt, ou moulin de la Briarde, authentique moulin à vent sur pivot construit en 1756. Et pourquoi pas, le prendre en photo !

Le musée se trouve dans l'ancien presbytère de Wormhout, une très belle construction flamande du 18ème siècle.

Prendre son temps

Il accueille les collections et le mobilier que les anciens maitres des lieux, Jeanne Devos et l'abbé Lamps, ont légué à la ville. Tous deux reposent aujourd'hui dans le parc qui entoure leur ancienne demeure.

Personne n’est jamais venu ici pour cinq minutes 

avait l'habitude de dire Jeanne Devos. Il faut donc prendre son temps pour apprécier le charme des lieux et s'imprégner de l’atmosphère particulière de cette maison qui ravive les souvenirs d’enfance et les senteurs oubliées.

Le visiteur est invité à se plonger dans l'immense album photo de l’abbé Lamps et de Jeanne Devos, première femme photographe française : paysages, scènes champêtres, moissons, évènements ordinaires et extraordinaires de nos villages. Des appareils photos sont également présentés.

Jeanne Devos avait reconstitué une école dont les cahiers, les encriers, les plumiers et les jouets d'antan sont toujours là. Les livres de la bibliothèque de l’Abbé Lamps, propriété du Comité Flamand de France, sont consultables sur place, pour respecter le désir de l’Abbé d’enseigner les lettres et la Flandre.

Enfin, l'ancienne chapelle abrite les ornements religieux qui témoignent de la piété populaire locale.

Une pionnière de la photo

Jeanne Devos nait en 1902 à Bailleul et y grandit jusqu'à ce que la Première guerre mondiale éclate et lui vale de contracter la tuberculose. À 20 ans, elle part en convalescence à Bissezeele chez un ami de son père, l’abbé Joseph Lamps. Ce dernier commence à l'initier à la photographie puis l'embauche à la cure comme gouvernante, au mépris des convenances et contre l'avis des autorités ecclésiastiques.

À partir de 1936, Jeanne Devos sillonne la Flandre et ses photos témoignent de la vie rurale et traditionnelle locale, des métiers, des croyances et des fêtes. Présents à Bissezeele le 7 septembre 1944 lors de la libération du village, l'abbé Lamps et Jeanne Devos prendront plus de 150 photos du passage de la 5ème Brigade d'infanterie canadienne.
 
En 1945, l'abbé prend sa retraite et s'installe à Wormhout avec Jeanne Devos. C'est à cette époque qu'elle décide de vivre de sa passion et devient photographe professionnelle. En 1946 et 1959, elle photographie le Général de Gaulle lors de sa venue à Bergues et de son passage à Wormhout.

Le fonds photo légué par Jeanne Devos et l'abbé Lamps est déposé à la médiathèque de Wormhout qui abrite le Centre Iconographique de la Flandre.

 

Photos: Cop. Fonds Jeanne Devos – CIF-CFF