Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Flandres: les Jardins de Cocagne cultivent bio et local

Publié le 11 juillet 2019 | Solidarité entre les territoires

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Portés par l’association AFEJI, les Jardins de Cocagne des Hauts de Flandre à Leffrinckoucke développent le maraîchage biologique à destination des collectivités et se tournent désormais vers l’approvisionnement local. À vocation sociale, l’association emploie des personnes en parcours d’insertion professionnelle.

Sur 12 hectares et trois terrains distincts, à Leffrinckoucke, Gravelines et Loon-Plage, les Jardins de Cocagne des Hauts de Flandre produisent une quarantaine de variétés de légumes, courgettes, aubergines, poivrons, tomates, carottes, etc.

Ici, toutes les productions sont certifiées "bio".

Nous livrons notre production via des paniers, à raison de 300 par semaine auprès des particuliers, et nous faisons de la vente ambulante en se rendant dans les villages, à la rencontre des habitants, au moyen d’un camion aménagé

explique Lise Leroy, encadrante des Jardins de Cocagne.

L’association a une vocation sociale : elle emploie actuellement 38 personnes en insertion, 27 heures par semaine, dont de nombreux allocataires du RSA.

Tous n’ont pas forcément envie de poursuivre une activité dans l’agriculture, mais nous servons de tremplin vers l’emploi, avec 33% de sorties positives, CDI, CDD ou formation

ajoute Emilie Deroi, référente sociale des Jardins de Cocagne.

Une légumerie pour développer l’approvisionnement local

Les Jardins de Cocagne désirent monter en puissance. Pour ce faire, l’association a ouvert une légumerie à Grande-Synthe qui s’approvisionne exclusivement grâce à des producteurs locaux. L’objectif est de fournir des légumes en plus grande quantité et à la demande, aux collectivités et établissements scolaires de Flandre, dans un rayon de 50 km.

Les Jardins de Cocagne des Hauts de Flandre fournissent en légumes bio les collectivités du Dunkerquois.

Chef de cuisine de collège Lucie-Aubrac de Dunkerque, Frédéric Réant est fort intéressé par la démarche :

Je pratique l’approvisionnement local depuis 4 ans déjà. Il représente pour l’heure 27 % de nos repas, ce qui nous a valu une étoile décernée par le Département dans le cadre de l’opération "Ici, je mange local". Le collège me demande maintenant de fournir un repas 100% bio par mois. Mais ce n’est pas facile de trouver des produits bio locaux. En cela, la démarche des Jardins de Cocagne est à encourager. 

Même tendance du côté de Bourbourg où Olivier Duez, chef de cuisine du collège Jean-Jaurès pratique l’approvisionnement local à hauteur de 38%.

On a débuté le bio en janvier. Pour le moment, je ne fais que les laitages, mais ce que propose la légumerie m’intéresse en termes de légumes déjà épluchés.

 

Photos : Cédric Arnould