Version imprimable - Nouvelle fenêtre

3 avril 1559 : Le Cateau-Cambrésis, havre de paix

Publié le 03 avril 2019 | Découvrir le Nord

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Financièrement exsangues, les royaumes de France et d’Espagne mettent fin, le 3 avril 1559 au Cateau-Cambrésis, à 65 années de guerres d’Italie.

Histoire d'un Jour

Retrouvez les précédents épisodes d'Histoire d'un jour sur notre site internet et sur la page Facebook du Département du Nord 

Le Cateau-Cambrésis est le lieu idéal pour faire la paix. C’est ce que doivent penser les représentants des royaumes de France et d’Espagne désireux de mettre fin à un conflit qui les oppose depuis 65 ans.

En effet, Henri II, roi de France, et Philippe II, roi d’Espagne, s’écharpent pour la domination de la péninsule italienne. Comme toujours, le nerf de la guerre est l’argent. Or, les banquiers anversois, principaux bailleurs de fonds des belligérants, sont proches de la banqueroute.

Négociations à l’abbaye de Vaucelles

Un constat s’impose : Français et Espagnols n’ont plus les moyens de leurs ambitions hégémoniques. D’autant que, parallèlement, les deux royaumes catholiques sont agités par la montée du protestantisme.

Dès lors, pourquoi ne pas faire cause commune contre les huguenots ?

C’est donc la paix que les plénipotentiaires français et espagnols négocient notamment à l’abbaye de Vaucelles, avant de signer le 3 avril 1559 le traité du Cateau-Cambrésis.

 

Philippe II, roi d'Espagne

La France se voit contrainte de rendre à Emmanuel-Philibert, duc de Savoie allié de l’Espagne, le duché de Savoie, le Charolais, la Bresse et le Bugey. Henri II restitue aussi la Corse à la République de Gênes, renonce au Milanais et à la Franche-Comté.

Les guerres d’Italie s’achèvent donc au Cateau-Cambrésis dont le traité sera respecté durant un siècle.

Noces sanglantes

En outre, le traité du Cateau-Cambrésis prévoyait plusieurs mariages : Henri II devait marier sa fille Elisabeth à Philippe II ainsi que sa sœur, Marguerite, au duc de Savoie.

Ces unions ont donné lieu, quelques semaines plus tard à Paris à des festivités dramatiques : le 30 juin 1559, Henri II participe, malgré son "grand âge", 40 ans, à un tournoi.

Son adversaire, le comte de Montmorency, perfore de sa lance la cuirasse du roi de France. Blessé très gravement à l’œil, Henri II meurt après dix jours d’agonie, en dépit de l’intervention du prestigieux chirurgien Ambroise Paré.

Henri II, fils de François Ier, roi de France.