Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Canal Seine-Nord: des centaines d’emplois à la clé

Publié le 28 février 2019 | Insertion Emploi

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

En signant ce jeudi 28 février 2019, la Convention "Canal Solidaire" à Arras, le Département du Nord s’engage à l’instar des 5 autres Départements partenaires du projet, à soutenir l’insertion des demandeurs d’emploi sur le chantier du futur canal.

Chiffres clés

Le canal

  • 106 kms de voie navigable "grand gabarit"
  • 50 m de large pour accueillir les porte-containers de 4 400 tonnes
  • 4 départements traversés (Nord, Pas-de-Calais, Oise, Somme)
  • 4,5 milliards d'euros prévisionnels (participation du Département du Nord à hauteur de 200 millions d'euros)

 

L'insertion

  • 5% de la globalité des heures de travail dédiées à des personnes en insertion
  • 33 métiers identifiés pour les travaux
  • 1,5 million d'heures d'insertion estimées, soit 800 emplois

C'est quoi une clause d'insertion sociale ?

C'est le nombre d'heures de travail qu'une entreprise attributaire d'un marché public doit faire faire à des personnes en insertion (allocataires du RSA, demandeurs d'emploi...)

Plus d'infos

Rendre le mode fluvial plus compétitif, créer un couloir industriel le long de la voie d'eau, voilà quelques objectifs visés par le futur Canal Seine-Nord Europe. Sur 106 kms de voies navigables, il permettra à des porte-containers de 4 400 tonnes de relier l'Île de France au Benelux. Mais voilà, avant que ce réseau fluvial ne voit le jour, il faut d'abord creuser le canal et aménager tous ses abords.

Ce chantier est une extraordinaire opportunité pour notre territoire. Le Département du Nord s'y est engagé pleinement dès le départ. Avec 200 millions d'euros, nous sommes le premier département contributeur

rappelle Arnaud Decagny, Vice-président en charge des infrastructures.

Les départements, chefs de file en matière d’insertion

Un projet de cette envergure nécessite une main d'œuvre importante et représente l'opportunité pour de nombreuses personnes éloignées de l'emploi de trouver un travail. C'est dans cet objectif que s'inscrit la signature de la Convention "Canal Solidaire" de ce jeudi 28 février. L'un des enjeux du futur chantier sera de mobiliser les compétences locales tout en insérant des personnes éloignées de l'emploi.

 

Sur ce projet de longue haleine, les Départements ont été désignés par l’État, chefs de file sur le volet de l’insertion. En effet, ils constituent de potentiels bassins d’emploi pour le chantier.  4 départements seront traversés par le futur canal (Nord, Pas-de-Calais, Somme, Oise) et 2 départements en seront voisins (Val d'Oise, Aisne). Au nombre de six donc, les Départements ont engagé un travail partenarial innovant depuis plusieurs mois qui a abouti à la signature de la Convention "Canal Solidaire" ce jeudi 28 février.

arras signature convention canal solidaire 28 02 19 dl 6

La convention "Canal solidaire" a été signée pour le Département du Nord par Arnaud Decagny, vice-président en charge des infrastructures

1,5 million d’heures d’insertion estimées sur le chantier

Réunissant autour de la table les six départements concernés par le futur canal ainsi que la Société du Canal Seine-Nord Europe (SCSNE), maître d’ouvrage du chantier, la signature de cette convention marque une étape importante du projet. En effet, la SCSNE s’engage à avoir recours aux clauses sociales dans ses marchés publics.

À ce jour, 45 marchés de travaux devraient déjà être concernés. À raison de 5% de la globalité des heures de travail, on estime que l’on pourrait avoir recours à plus d’1,5 million d’heures d’insertion sur le chantier, soit 800 équivalents temps plein. 

Préparer les allocataires du RSA aux métiers du canal

33 métiers ont d’ores et déjà été identifiés par Pôle emploi (conducteurs d’engins de chantier, coffreur, câbleur…). Charge maintenant aux départements de repérer, mobiliser et préparer les publics, en priorité des allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), afin qu’ils puissent être positionnés au sein des entreprises attributaires des futurs marchés.

Les premiers travaux devraient être lancés simultanément sur différents tronçons, à compter du 2ème semestre 2020.