Version imprimable - Nouvelle fenêtre

En immersion dans un restaurant scolaire à Nieppe !

Collège

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le collège Jeanne de Constantinople à Nieppe a reçu deux étoiles du label "Ici je mange local". Il est l'un des 151 établissements engagés dans la démarche d'approvisionnement locale encouragée par le Département du Nord. Comment ça marche au quotidien ? Suivez le guide...


Transcription textuelle :

[Musique]

[Journaliste] Bonjour et bienvenue au collège Jeanne de Constantinople à Nieppe. Il est 7 heures et demie. Les élèves ne sont pas encore là. Il y en a même peut-être qui sont encore bien au chaud dans leur lit. Mais dans les cuisines de l'établissement, on s'active déjà. Pour faire tourner le restaurant scolaire, il y a une équipe de quatre personnes. Je vous propose d'aller à leur rencontre. 

[Musique]

[Journaliste] Mais avant d'aller en cuisine, on va s'équiper parce qu'ici bien sûr on respecte les normes d'hygiène en vigueur dans la restauration collective.

[Musique]

[Journaliste] Bonjour Madame HENZE.

[Sandrine HENZE, chef de cuisine au collège Jeanne de Constantinople] Bonjour Madame.

[Journaliste] Vous êtes chef de cuisine ici au restaurant scolaire du collège.

[Sandrine HENZE] Oui.

[Journaliste] Alors c'est un restaurant scolaire comme il y en a dans beaucoup de collèges du département, mais il y a quand même une spécificité ici.

[Sandrine HENZE] Oui, dans notre établissement, on travaille de l'approvisionnement local. Donc on est à plus de 43% d'approvisionnement local donc et grâce à ça nous avons réussi à avoir le label "Ici je mange local" et nous avons eu deux étoiles.

Information visuelle : Label "Ici je mange local" 38 collèges récompensés en 2018.

[Journaliste] Vous faites partie des huit établissements qui ont eu ces deux étoiles. 

[Sandrine HENZE] Voilà tout à fait.

[Journaliste] Alors, pourquoi avoir choisi de vous engager dans cette démarche d'approvisionnement local ?

[Sandrine HENZE] Alors cette démarche a été faite à l'ouverture. Nous avons décidé de travailler des produits locaux puisque justement c'est faire donner aux gamins l'envie du goût et puis justement aussi jouer sur les le rapprochement donc des producteurs. Donc, on a fait du démarchage au niveau des fournisseurs à côté, des producteurs à côté. Et c'est comme ça qu'on arrive à travailler en direct avec eux.

[Journaliste] Alors pour cette démarche Madame HENZE a choisi d'aller démarcher directement les producteurs. Mais sachez que dans les 151 collèges qui se sont déjà engagés dans l'approvisionnement local, beaucoup utilisent le logiciel Approlocal qui a été développé en partenariat avec la Chambre d'agriculture. Et puis quand on parle des producteurs et bien justement, ils arrivent.

[Musique]

[Journaliste] Alors, qu'est-ce que vous livrez de beau aujourd'hui ?

[Pascale Baron, Ferme Baron à Wambrechies] Alors ce matin, je livre du lait pour le gratin de chou-fleur du midi et puis des yaourts aux fruits.

[Journaliste] D'accord. Ils viennent de loin ces produits ? Ils ont beaucoup voyagé ?

[Pascale Baron] J'ai fait à peu près 8 km pour arriver. On est vraiment dans le local.

[Journaliste] Vous êtes producteur.

[Pascale Baron] Alors, on est producteur de lait. On fait de la transformation depuis vingt ans et on livre ici. C'est notre troisième rentrée scolaire. Moi quand je viens livrer, je croise des jeunes qui viennent en cours et moi je viens leur livrer leur repas du midi donc on sait ce qu'on produit, on sait ce qu'on a mis dedans et je suis vraiment fière et heureuse que ces gamins vont manger quelque chose de vraiment bon. Et aujourd'hui, livrer des collèges, ça m'a permis de pérenniser mon entreprise de créer un emploi donc c'est deux fois gagnant.

[Musique]

[Dominique COO, Le Soleil d'Or, Armentières] Alors aujourd'hui en commande, il y avait du cresson qui vient de la région de Blessy, ici il y avait des pommes qui viennent de Herlies, d'un producteur local.

[Journaliste] Donc tous ces produits viennent de tout près d'ici.

[Dominique COO] De la région, d'ici, tout près, d'un rayon de 10 à 20 km.

[Journaliste] Et alors pourquoi est-ce important pour vous de travailler avec les collèges ?

[Dominique COO] Ah c'est important puisqu'il y a une bonne démarche en produit local. Donc, pour nous c'est très intéressant. Et puis vis-à-vis des parents d'élèves ainsi de suite quoi.

[Journaliste] Pour participer à l'éducation au goût des jeunes ?

[Dominique COO] Oui. Tout à fait, tout à fait et pour promouvoir les produits du Nord. [Musique]

[Journaliste] Il est 8 heures et demie. En cuisine, tous les produits sont arrivés et en classe les élèves et leurs profs sont au travail. Reste maintenant à tout préparer pour régaler les quelques 400 demi-pensionnaires qui déjeunent ici ce midi. Le premier service c'est dans 3 heures.

[Musique]

[Journaliste] Parfois vous avez aussi un regard sur les budgets. On entend souvent que l'approvisionnement local coûte cher. Qu'est-ce que vous en pensez ?

[Florence BONCZYK, gestionnaire du collège] Alors moi je pense totalement le contraire. Je n'ai pas vu de différence, depuis qu'on a ouvert en fait la restauration au collège et avec la succession prise par Sandrine, de prix en hausse au contraire, ça a été très stabilisé. On a des produits de meilleure qualité. Donc voilà c'est parfait pour tout le monde.

[Musique]

[Journaliste] Voilà une matinée est passée, les classes se sont vidées, le restaurant scolaire s'est rempli. Ici près de 80 % des élèves sont demi-pensionnaires, un chiffre élevé qui s'explique notamment par l'engagement de l'équipe de restauration dans la démarche d'approvisionnement local. Une démarche encouragée par le Département qui souhaite qu'elle s'étende à l'ensemble des collèges du Nord, mais aussi aux établissements qui accueillent des personnes âgées pour que dans toute la restauration collective dont il a la responsabilité, on mange bien à tout âge.

[Musique]

 

Images : Mourit Raki

Montage : Robert Duprez

Journaliste : Gaelle Leplat

Direction de la Communication / janvier 2019