Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Pauvreté : le Nord et l’État conjuguent leurs efforts

Publié le 21 décembre 2018 | Le Nord Institution

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le Conseil Départemental s’est réuni en séance plénière le 17 décembre 2018 pour présenter son engagement dans le Plan national de prévention et de lutte contre la pauvreté, dont il sera un acteur majeur. Il a aussi examiné son Rapport d’Orientations Budgétaires préalable au vote du budget 2019, en février prochain.

Le Département s’engage dans le Plan national de prévention et de lutte contre la pauvreté aux côtés de l’État.

J’ai souhaité que le Département du Nord, le plus grand de France, soit le premier à contractualiser avec l’État. Ce plan pauvreté, c’est 50 millions d’euros pris en charge à 50 % par le Département. C’est donc 25 millions sur trois ans que le Département consacrera à la lutte contre la pauvreté, dans le cadre de ses compétences, de la petite enfance à l’insertion professionnelle, dont 8,3 millions dès 2019

a expliqué Jean-René Lecerf, président du Département du Nord.

Cette contractualisation a été signée le 18 décembre 2018 à Lille, en présence de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et de Christelle Dubos, Secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Santé (photo d'ouverture).

Concrètement, le Département va mettre en œuvre plusieurs dispositifs :

  • Pour l’insertion des allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), l’objectif est d’agir dès l’inscription des personnes au RSA (4 000 par mois environ) en les accompagnant et les orientant sous un mois, au plus.
  • Par la création de "Coach emploi" : du personnel départemental sera recruté et formé pour accompagner de façon renforcée durant trois mois, et au plus près de leurs besoins, les allocataires du RSA.
  • Par la création de huit Maisons Départementales de l’Insertion et de l’Emploi dans chaque territoire, en renforçant les partenariats avec Pôle emploi.

Le budget estimé pour mener à bien ces dispositifs est de 26,4 millions d’euros sur trois ans, financé à 50% par l’État.

Nous devons mettre l’accent sur les allocataires du RSA de moins de 30 ans afin de sortir ces 30 000 jeunes de la précarité

précise Doriane Bécue, vice-présidente en charge de l’Insertion. 

Précisons que le nombre d’allocataires du RSA s’élevait à 115 386 en février 2016. Il est aujourd’hui descendu à 108 403. Jean-René Lecerf estime que le passage sous la barre des 100 000 est tout à fait réalisable d’ici 2021.

Des engagements pour l’Enfance et la Jeunesse

L’Enfance et la Jeunesse sont un autre volet du plan pauvreté assuré par le Département.

  • 8 Maisons des Parents seront créées pour lutter contre l’isolement des familles.
  • Dans les collèges, le Département va renforcer l’accompagnement éducatif et social des collégiens en décrochage scolaire par la création de 30 postes ALSES (Acteurs de Liaison Sociale en Environnement Scolaire).
  • Des maraudes pour mineurs en errance seront organisées, notamment dans le Denaisis, pour sortir ces jeunes de la rue.

Autre initiative départementale, la prise en charge des situations complexes des enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance par la création de 45 places d’hébergement.

Ce plan de lutte contre la pauvreté sera notamment déployé dans la Sambre-Avesnois ainsi que dans le Bassin minier, donnant ainsi corps au Pacte de développement du territoire de Sambre-Avesnois-Thiérache signé en novembre 2018 avec le gouvernement.

Des finances assainies

Le Rapport d’Orientations Budgétaires présente les grandes orientations du budget 2019 du Département.

Celui-ci poursuit son redressement financier en maîtrisant ses équilibres budgétaires. Cette maîtrise permet de préserver l’investissement au service des Nordistes et des territoires.

Notre Département était très malade il y a 3 ans. Il est aujourd’hui convalescent

expose Christian Poiret, vice-président du Département en charge des Finances.

L’objectif du budget 2019, qui sera examiné en février prochain, est la poursuite de la maîtrise des dépenses de fonctionnement, la poursuite de la politique de retour à l’emploi des allocataires du RSA.

Nous suivons la même trajectoire avec la sanctuarisation d’un investissement de 240 millions d’euros pour nos territoires. La fiscalité reste au même taux pour le foncier bâti, 19,29 %, soit la plus faible des Départements de la Région.