Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Un bras robot pour gagner en autonomie

Solidarités

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

C'est une première pour une collectivité. Grâce au Département, trois nordistes handicapés des membres supérieurs testent depuis quelques semaines le "Jaco".
Ce bras robotisé, inventé au Canada, se fixe sur le fauteuil et se pilote grâce à un joystick.






Transcription textuelle :

[Musique]

[Voix off] C'est une première pour une collectivité. Grâce au Département, trois nordistes handicapés des membres supérieurs testent depuis quelques semaines le "Jaco".
Ce bras robotisé, inventé au Canada, se fixe sur le fauteuil et se pilote grâce à un joystick.

[Gwénaëlle GREVELINGER, présidente d'ERGO-DIFFUSION distributeur du bras-robot en France] Vous pouvez du coup manger, boire. Vous pouvez remonter vos lunettes. Ben voilà c'est assez simple en quelques clics.

[Ian BÉCHRIAN] Au début, c'est compliqué mais en fait quand on l'utilise, c'est plus facile que ce qu'on pense.

[Gwénaëlle GREVELINGER] Finalement c'est beaucoup plus intuitif que tu ne le pensais.

[Ian BÉCHRIAN] Oui.

[Voix off] Grâce au partenariat développé avec la Maison départementale des personnes handicapées et l'AFM-Téléthon, l'objectif du Département est d'abord de mesurer l'impact d'une telle innovation.

[Marie-Ange FENEUIL, Directrice du Plan de Recherche et d'Innovation, Département du Nord] L'idée c'est de le mesurer sur notre territoire, de pouvoir penser au déploiement, de voir quels sont les bienfaits du bras par rapport à l'investissement.

[Info visuelle] Coût d'un bras robot "Jaco" environ 50 000 euros.

[Voix off] En Allemagne et aux Pays-Bas, la technologie est aujourd'hui prise en charge par l'assurance maladie. La question se posera sans doute aussi en France car les résultats sont spectaculaires. Le quotidien de Mélinda a changé.

[Mélinda SUVÉE] L'expérimentation me permet quand même d'avoir un peu plus d'autonomie. Le fait d'allumer toute seule, le fait de boire toute seule, ça donne quand même une certaine estime de soi.

[Geneviève MANNARINO, Vice-présidente du Département du Nord chargée de l'Autonomie] La vraie question c'est de se dire qu'est-ce que la personne peut faire avec "Jaco" ? Qu'est-ce qu'elle peut faire toute seule en autonomie ? Et puis comment on continue à l'accompagner avec une auxiliaire de vie à domicile. Je vois Mélinda, là cet après-midi elle m'a servi un verre d'eau. Elle peut communiquer. A partir de là, c'est la vie tout simplement.

[Musique]