Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Mobilité en milieu rural : la concertation continue

Publié le 19 septembre 2018 | Solidarité entre les territoires

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

L’enquête menée cet été auprès des habitants des communes rurales sur les habitudes de déplacement se poursuit avec des rencontres dans les territoires organisées jusque mi-décembre. L’objectif : inventer la mobilité de demain en milieu rural.

Le chiffre

1 000

Plus de 1 000 Nordistes vivant dans des communes rurales ont répondu à l'enquête lancée par le Département en juin et juillet dernier.

Les autres articles

Le département du Nord compte 2,6 millions d'habitants, dont plus de la moitié vit en dehors de la métropole. Pour ces derniers, et en particulier pour les habitants des zones rurales, l'institution départementale joue un rôle fondamental en matière de solidarités territoriales et humaines.

L'une des réponses passe par une meilleure connexion entre les territoires, les habitants et les services :

La mobilité concerne toutes nos actions. Lorsqu'elle est défaillante, elle peut être un frein à l’insertion sociale, professionnelle, à l’accès à l’éducation, à la culture, aux services publics. Cette question est déterminante dans la mise en place de chaque nouvelle politique en faveur des plus fragiles, c’est pourquoi nous devons avoir une vraie réflexion de fond et proposer des solutions concrètes,

explique Patrick Valois, vice-président en charge de la Ruralité et de l’Environnement.

Les Nordistes s'expriment

Cette réflexion, le Département a décidé de la mener en y associant les Nordistes. Un questionnaire ouvert aux personnes vivant en milieu rural a été lancé entre le 19 juin et le 10 juillet 2018 afin de mieux connaître la manière dont elles se déplacent au quotidien, les modes de transports qu’elles utilisent, les difficultés qu’elles peuvent rencontrer.

Les répondants ont également pu s'exprimer sur les solutions qui permettraient de faciliter leurs déplacements, que ce soit pour le travail, les loisirs, l’accès aux soins, aux commerces...

Plus de 1 000 personnes ont complété ce questionnaire.

Des rencontres de terrain

Deuxième étape, des rencontres sur les différents territoires (dont la première a lieu à Méteren ce jeudi 20 septembre 2018) qui permettront de présenter les résultats de cette enquête et d’aller plus loin, puisqu’elles seront l’occasion de contribuer collectivement à l’identification de solutions qui alimenteront les futures décisions départementales en matière de mobilité.

La mobilité concerne tous nos concitoyens dans leurs besoins quotidiens. Elle ne peut être construite qu’avec eux. C’est en comprenant mieux leurs besoins et leur façon de vivre que l’on peut proposer des solutions adaptées, d’où l’enquête et les rencontres. Chaque territoire rural est ainsi invité, par la voie de ses élus, de ses forces vives et, bien entendu de ses citoyens, à être acteur dans cette démarche,

conclut Patrick Valois.