Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Mots et Merveilles : l'école de la bienveillance

Publié le 12 septembre 2018 | Culture Sport

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dans le Nord, la lutte contre l’illettrisme est une priorité. Depuis 10 ans, l'association Mots et Merveilles, soutenue par le Département, enseigne le français en Sambre-Avesnois à des centaines de personnes en situation d’illettrisme.

Semaine de lutte contre l'illettrisme

Du 8 au 15 septembre, le Département participe à la semaine nationale de lutte contre l'illettrisme. Dans tous les territoires, plusieurs journées de mise en réseau entre professionnels sont organisées :

  • le 13 septembre à Dunkerque
  • le 20 septembre à Aulnoye-Aymeries.

 

Enfin, l’accès aux équipements culturels départementaux sera gratuit toute la semaine pour les groupes d’associations de lutte contre l’illettrisme.

Vidéos

Sabrina a 33 ans. Afin de pouvoir aider ses 5 enfants dans leur scolarité, elle a poussé, en janvier 2018, les portes de l'association Mots et Merveilles. Sabrina veut réapprendre le français tel qu'on le lit et l'écrit. Ses progrès sont spectaculaires. Elle a découvert une véritable école de la bienveillance.

J'ai quitté l'école très tôt et j'ai envie de pouvoir accompagner mes enfants, dont le plus grand a 9 ans, dans leurs études. Ils me posent des questions, même si certains connaissent ma situation. 

Comment répondre à ces questions quand on ne connaît soi-même pas les rudiments du français ?

Lire et compter

Pour y remédier, Sabrina vient une heure et demie par semaine à l'antenne maubeugeoise de Mots et Merveilles. Pour elle, c'est une bouffée d'oxygène. Elle se donne la peine d'écrire, de lire, de compter, avec l'aide bienveillante de Didier Demarque, bénévole formé par l'association, retraité de la grande distribution :

Durant ma carrière, j'ai vu des personnes ayant du mal à déchiffrer des étiquettes, à savoir tenir une caisse, à rendre la monnaie, et c'est pourquoi j'ai souhaité m'investir pour aider ces gens qui en ont besoin. 

Ces gens ? Pascal Duplouy, formateur, en donne un profil :

En 10 ans d'existence, Mots et Merveilles a appris à lire et à écrire à des centaines et des centaines de personnes, majoritairement des femmes, des Français ou des étrangers, anciennement scolarisés ou pas, qui souhaitent s'intégrer au plus vite dans notre société.Et s'intégrer quand on ne sait ni lire ni écrire demeure un obstacle rédhibitoire à l'insertion socioprofessionnelle.

Pour lutter contre ce fléau (11 % des habitants des Hauts-de-France sont dans cette situation), l'association dispose de 7 antennes en Sambre-Avesnois et de 300 bénévoles.

Les personnes en situation d'illettrisme ne quittent pas leur environnement immédiat. Ce qui est en dehors de leur connaissance leur fait peur. Au-delà de leurs limites, c'est l'inconnu,

décrit Pascal Duplouy.

Mots et Merveilles compte cette année 700 personnes inscrites - un chiffre en hausse - aiguillées par Pôle emploi, les référents RSA du Département du Nord, les CCAS ou des associations.

Au plus proche du quotidien

Didier Demarque utilise de vieux bouquins de CE2 ou CM1 pour reconstituer les bases du français, que ce soit en lecture, en écriture ou en compréhension, mais il s'appuie toujours sur du concret.

Mots et Merveilles.Philppe Houzé

Didier Demarque, bénévole à Mots et Merveilles épaule Sabrina dans son réapprentissage du français.

Rédiger un chèque. 40 euros. Sabrina s'applique. L'écriture est soignée. Allez, on pousse à quarante-et-un. Ça marche ! Un sans faute. Les cours de Mots et Merveilles sont, eux, gratuits.

Nous ne délivrons pas de diplôme ou de titre honorifique. Certaines personnes sont ici depuis 4 ou 5 ans, en ateliers collectifs ou individuels pour parfaire leur expression écrite, orale ou même informatique, et visent parfois un examen professionnel ou le permis de conduire. On travaille sur tout ce qui touche à la vie quotidienne

explique Pascal Duplouy.

Lien intergénérationnel

Didier Demarque est le mieux placé pour parler de Sabrina :

C'est un lien qu'elle va projeter à ses enfants, son apprentissage va l'aider à mieux communiquer avec eux. C'est très valorisant pour l'apprenant comme pour l'enseignant. On voit s'épanouir la personne. Elle et moi formons une bonne équipe !

Sabrina a repris espoir, elle qui n'avait pas de livre à la maison...

J'avais commencé des études en cuisine. Dès que mes enfants seront à l'école, je vais reprendre des cours pour travailler.

Bonne chance Sabrina !

 

 Photo : Philippe Houzé.