Version imprimable - Nouvelle fenêtre

On a testé pour vous : une visite de la dune du Perroquet

Publié le 20 août 2018 | Solidarité entre les territoires

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le Département propose de mars à novembre plus de 280 visites guidées gratuites pour découvrir les richesses environnementales des Espaces Naturels du Nord. Nous avons chaussé nos baskets, enfilé notre sac à dos et testé pour vous l'une de ces sorties dans le massif de la dune du Perroquet, à Bray-Dunes.

Vous aussi, participez à un Rendez-vous nature ! 

 

 

Nous avons rendez-vous à 14 h 30 à l'extrêmité est de la digue de Bray-Dunes. Corinne Savary, guide "nature" au CPIE de Flandre maritime (Centre Permanent d'Initiation à l'Environnement), nous accueille devant le panneau pédagogique, qui marque l'entrée de la dune du Perroquet. 

Notre sommes une quinzaine de personnes à participer à cette sortie. En route pour la découverte de la dune ! La ballade débute dans de grandes étendues de sable, que l'on appelle la "dune blanche". Dans ce milieu, la végétation se fait rare. Seuls quelques plantes herbacées, comme l'oyat ou le panicaut, parviennent à y pousser. On se croirait presque au milieu du Sahara !   

Ici, c'est le vent qui sculpte le paysage !

explique notre guide. 

 Dans la dune, des gardes départementaux montés à cheval accueillent le public et rappellent les bons gestes pour respecter cet espace. 

Le massif dunaire a été façonné au fil du temps par les vents dominants du nord ouest, qui ont contribué à lui donner son aspect en forme de croissant. Aujourd'hui, ces dunes  "paraboliques" sont fortement végétalisées et stabilisées. 

ajoute-t-elle. 

Au cœur de cet ensemble, une dépression humide s'est formée sous l'action des vents marins : la panne. Ce milieu naturel ressemble à une sorte d'oasis, entourée par les sables. Au printemps, cet espace constitue un paradis pour les tritons, les crapauds et les salamandres qui s'y retrouvent pour s'y reproduire.

Le maintien de ce milieu nécessite un plan de gestion spécifique, avec des opérations de fauchage des roseaux, pour éviter que la mare ne s'assèche. 

précise Corinne Savary. 

À l'invitation de notre guide, nous quittons la panne pour nous enfoncer un peu plus dans le massif dunaire. Sous nos pieds, un tapis de lichens et de mousses séchées recouvre le sol, donnant une coloration grisée à ce secteur.

Nous voici dans la dune grise.

Corinne nous fait partager une expérience surprenante : celle-ci arrose de quelques gouttes d'eau un brun de mousse "tortula" desséchée, qui immédiatement prend une couleur verte jaune éclatante !

 

 

Une mosaïque de milieux naturels

Un peu plus loin, le paysage change de nouveau. L'espace est envahi par les aubépines et les argousiers, dont les oiseaux rafolent des baies. Ces arbustes, très invasifs, ont tendance à coloniser une grande partie de ce milieu, c'est pourquoi il faut régulièrement procéder à l'arrachage de ces végétaux, par des moyens humains ou mécanisés.  

Encore quelques enjambées le long d'un sentier sinueux puis nous arrivons au terme de notre visite : la dune boisée. Dans cet espace, le promeneur a l'impression d'avoir complètement quitté le milieu dunaire. Le sable est là, sous nos pieds, mais recouvert d'une fine couche d'humus, où fertilisent le cerfeuil, les orties et différentes espaces d'arbres comme les boulots ou les peupliers.   

16 h 30, il est temps de faire demi tour ! Nous repartons avec la satisfaction d'avoir découvert un milieu naturel d'une extraordinaire richesse.

J'ai pris conscience que je ne savais pas vraiment ce qu'était une dune. Avant la visite, j'avais en tête la dune du Pilat. Maintenant, je prends conscience que ces espaces sont de vrais réservoirs de biodiversité !  

confie Grégoire, participant. 

Vous êtes aussi partants pour suivre l'une de ces visites guidées près de chez vous ? Retrouvez tout le programme des Rendez-vous nature