Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Cap sur l'emploi avec les chantiers d'insertion

Solidarités

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Les chantiers d'insertion permettent à des demandeurs d'emploi, et notamment à des allocataires du RSA, de bénéficier d'un retour progressif et accompagné sur le marché du travail. Nous avons rencontré deux femmes lors de leur passage au MIN de Lomme, pour une découverte des métiers de la logistique avec l'association ANDES, soutenue par le Département du Nord (chantier d'insertion Le Gardin de Marianne)

Transcription textuelle :

[Voix-off] : Des tonnes de légumes transitent ici chaque jour. Nous sommes au MIN près de Lille et aux manettes nous retrouvons de bon matin, deux femmes, deux trentenaires anciennes allocataires du RSA. Elles apprennent ici le métier de préparateur de commandes dans le cadre d'un chantier d'insertion.



[Priscilla Schmidt, préparatrice de commandes, ancienne allocataire du RSA] :

J'connaissais pas trop ça et là c'est vraiment bien. Préparer des commandes d'une tonne, c'est, il y a pas que les hommes qui peuvent faire, c'est pour tout le monde, c'est pas aussi dur qu'on le pense.



[Voix-off] : Si une vocation se dessine chez Priscilla, Marie-France, elle, découvre cet univers et reprend pied progressivement dans le monde du travail après cinq années passées auprès de ses enfants.


[Marie-France Barthelemy, préparatrice de commandes, ancienne allocataire du RSA] :

Ce qui est bien ici c'est que on peut faire des immersions, on peut essayer. Par exemple il y a, j'peux faire des immersions, une immersion quinze jours en bibliothèque comme ça me permet de savoir aussi si j'aime ce métier là. Voilà on a, on peut rester ici deux ans et dans les deux ans on peut faire un peu de tout. Essayer un peu de tous les métiers, c'est ça qui est intéressant. En sortant de là, on est un peu plus sûrs de nous en fait on sait un peu plus ce qu'on veut.

Tout au long de ce parcours rendu possible par le Département, ces salariés sont accompagnés par l'association ANDES qui fait de cette étape un véritable tremplin vers un emploi durable.



[Mohammed Taneiti, accompagnateur socio-professionnel à l'ANDES] :

On travaille avec eux en atelier pour les accompagner dans leur recherche d'emploi.
On travaille avec eux leur cv, leur lettre de motivation. On diagnostique également toutes les difficultés qui peuvent les empêcher de se concentrer sur leur recherche d'emploi
comme le logement par exemple où la mobilité, le permis de conduire pour certains.



[Voix-off] : Et les résultats sont au rendez-vous surtout dans ce secteur tendu qu'est
la logistique en moyenne 40 % des contrats d'insertion débouchent sur un emploi ou sur une qualification


[Musique]


Transcription textuelle :

[Voix-off] : Des tonnes de légumes transitent ici chaque jour. Nous sommes au MIN près de Lille et aux manettes nous retrouvons de bon matin, deux femmes, deux trentenaires anciennes allocataires du RSA. Elles apprennent ici le métier de préparateur de commandes dans le cadre d'un chantier d'insertion.

 

[Priscilla Schmidt, préparatrice de commandes, ancienne allocataire du RSA] : 

J'connaissais pas trop ça et là c'est vraiment bien. Préparer des commandes d'une tonne, c'est, il y a pas que les hommes qui peuvent faire, c'est pour tout le monde, c'est pas aussi dur qu'on le pense.

 

[Voix-off] : Si une vocation se dessine chez Priscilla, Marie-France, elle, découvre cet univers et reprend pied progressivement dans le monde du travail après cinq années passées auprès de ses enfants.


[Marie-France Barthelemy, préparatrice de commandes, ancienne allocataire du RSA] : 

Ce qui est bien ici c'est que on peut faire des immersions, on peut essayer. Par exemple il y a, j'peux faire des immersions, une immersion quinze jours en bibliothèque comme ça me permet de savoir aussi si j'aime ce métier là. Voilà on a, on peut rester ici deux ans et dans les deux ans on peut faire un peu de tout. Essayer un peu de tous les métiers, c'est ça qui est intéressant. En sortant de là, on est un peu plus sûrs de nous en fait on sait un peu plus ce qu'on veut.

Tout au long de ce parcours rendu possible par le Département, ces salariés sont accompagnés par l'association ANDES qui fait de cette étape un véritable tremplin vers un emploi durable.

 

[Mohammed Taneiti, accompagnateur socio-professionnel à l'ANDES] : 

On travaille avec eux en atelier pour les accompagner dans leur recherche d'emploi.
On travaille avec eux leur cv, leur lettre de motivation. On diagnostique également toutes les difficultés qui peuvent les empêcher de se concentrer sur leur recherche d'emploi
comme le logement par exemple où la mobilité, le permis de conduire pour certains.

 

[Voix-off] : Et les résultats sont au rendez-vous surtout dans ce secteur tendu qu'est
la logistique en moyenne 40 % des contrats d'insertion débouchent sur un emploi ou sur une qualification


[Musique]