Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Handicap : la robotique au service de l'autonomie

Publié le 13 juin 2018 | Autonomie Handicap Seniors

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dans le cadre du PRID, Plan de Recherche et d’Innovation Départemental, le Département se lance dans l’expérimentation d’un bras articulé pour assister des personnes à mobilité réduite, à l’instar de Noémie, qui a présenté le 5 juin 2018 le robot dont elle est équipée.

Avec beaucoup d’humour et de réalisme, Noémie a présenté à Geneviève Mannarino, vice-présidente du Département en charge de l’Autonomie, et à Patrick Valois, vice-président délégué à l’Environnement et à la Ruralité en charge du PRID, le bras robotisé qu’elle utilise depuis un an à Nantes.

Installé sur un fauteuil roulant électrique, le Jaco, c’est son nom, est doté de six axes correspondant à l’épaule, au coude et au poignet. Il permet 16 mouvements différents et est muni de trois doigts articulés permettant une prise facile d’objets. Ce que confirme Noémie :

Ce n’est certes pas une baguette magique, mais je suis beaucoup plus autonome aujourd’hui. Ce robot est une sécurité. Par exemple, j’ai pu prendre le train seule. Un truc tout bête, je peux remonter mes lunettes, boire, manger, allumer l’ordinateur, me gratter sans auxiliaire, sans aide humaine. Il me redonne une liberté, on se sent moins dépendant d’autrui. 

 Expérimentation, innovation

Fabriqué au Canada, pour un coût de 50 000 euros, il ne se vend pour le moment qu’un ou deux Jaco par an en France. Pour aider au développement des aides techniques et de l’autonomie, le Département du Nord a entamé une expérimentation dans le cadre du PRID (Plan de Recherche et d’Innovation Départemental) qui permet de faire émerger des solutions et produits innovants avec tout type de partenaires, université, grandes écoles, entreprises, chercheurs…

Le PRID comprend notamment un volet consacré aux Solidarités humaines qui va permettre l’acquisition et l’expérimentation de plusieurs Jaco.

Bras Robot Mannarino.Jeremy Pilch
Geneviève Mannarino a voulu tester le bras robotisé de Noémie. Photo Jérémy Pilch.

 

Directeur de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), Bruno Lombardo se montre enthousiaste :

La MDPH est un observateur privilégié de ce qui se fait en matière d’innovation pour les personnes handicapées et aucun Département ne porte ce type de projet. On va ainsi offrir une technologie éprouvée à des personnes qui ont un réel besoin afin de compenser les membres supérieurs au même titre qu’un fauteuil pour les membres inférieurs. 

Le Département va maintenant identifier trois expérimentateurs du bras robotisé afin d’évaluer et mesurer précisément leur potentiel. Étape indispensable pour appréhender et travailler très concrètement au projet de diffusion de cette nouvelle aide technique.