Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Pour une alimentation durable accessible à tous

Publié le 22 mai 2018 | Le Nord Institution

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le programme franco-belge AD-In vise à rendre l'alimentation durable accessible à tous. Un an après le démarrage de ce projet innovant, retour sur l'action du Département en la matière.

Site Internet

Les autres articles

Le projet AD-In, pour Alimentation Durable Inclusive, vise à lutter contre les inégalités de santé en permettant à chacun, et notamment aux publics les plus vulnérables, d'exercer son droit à une alimentation de qualité avec de faibles conséquences sur l'environnement. Il est soutenu par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

Des projets variés

Concrètement, AD-In a déjà déclenché le démarrage de plusieurs projets, notamment dans le Dunkerquois, premier territoire à bénéficier des formations-actions. Au delà de ces journées, les porteurs de projets sont soutenus via des séances de coaching qui les motivent pour avancer et les aident à dérouler le fil de leur projet.

À Zuydpeene, la restauration scolaire du village a été totalement repensée pour aller vers toujours plus de produits de saison, frais et locaux. Petit à petit, les parents d'élèves sont impliqués dans la démarche afin de les sensibiliser, via leurs enfants, au bien-manger.

Un carré potager a vu le jour autour d'un centre social de Dunkerque. Il est entretenu à tour de rôle par tous ceux qui y viennent. Et dans les locaux, on vient cuisiner avec le monde entier... via Skype. De quoi partager sans fin de nouvelles idées de recettes !

À Charleroi, c'est une serre qui a poussé. Ici ou là, des jardins partagés se développent.

 

Photo: C. Arnould

Une méthode résolument participative

Aux côtés de l'Observatoire de la Santé du Hainaut, chef de file belge du projet, le Département est fortement impliqué dans la démarche à travers son service EPICéA. Depuis le lancement d'AD-In, il mène notamment les formations-actions sur les territoires, afin d'accompagner toutes les bonnes volontés qui s'intéressent à l'alimentation durable.

Professionnels et bénévoles peuvent participer même s'ils n'ont pas encore d'objectif très précis. On aide à faire émerger les idées, on apporte une méthodologie de projet et on partage. On mise beaucoup sur l'intelligence collective et ça marche !

explique Benamar Touati, l'accompagnateur pédagogique de prévention du service EPICéA chargé de la mise en œuvre d'AD-In au Département.

Résolument participatives, ces journées de formations-actions sont progressivement proposées dans les 6 territoires (belges, français et transfrontalier) concernés par le projet AD-In. Elles sont aussi l'occasion d'aborder les compétences psycho-sociales afin d'outiller les participants (référents famille de centre-sociaux, épiceries solidaires, conseillers en économie sociale et familiale, etc.) qui interviennent auprès de publics fragilisés.

Le maillage du territoire se fait progressivement et un temps fort est prévu à mi-parcours du projet, en septembre 2018, afin de permettre à tous les participants de se rencontrer.

 

 

Photo d'ouverture : Ph. Houzé