Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Des logements adaptés pour favoriser l’autonomie

Publié le 07 avril 2018 | Autonomie Handicap Seniors

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le Département du Nord soutient le développement de l'habitat intermédiaire (partagé, adapté, connecté) pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap, grâce à différents partenariats. L'un d'entre eux concerne une série de logements à Lambersart qui ont été inaugurés ce mercredi 14 novembre 2018 dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier du Pacot-Vandracq.

Contacts

Association Autrement ensemble
105 rue de Lannoy
59100 Roubaix
Caroline Gonthier :
tél. 07 63 23 69 39
www.ensembleautrement.fr

Centre Féron Vrau
291, Boulevard Victor Hugo
CS 90255
59019 Lille Cedex
Tél : 03 20 78 59 59
Courriel : 
contact@feron-vrau.com
Site : feron-vrau.jimdo.com

Les autres articles

À Lambersart, dans un immeuble de la rue Chateaubriand, d'anciennes cellules commerciales en rez-de-chaussée ont été transformées il y a quelques mois en logements pour des personnes âgées. Il s'agit ainsi de favoriser la solidarité avec les familles qui sont dans les étages. Ces travaux ont été menés dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier Pacot-Vandracq. 

Louise Dufäy, 91 ans vit dans la commune depuis plus de 30 ans. Elle occupe désormais l’un de ces 8 logements rénovés :

J’ai déménagé parce que j’ai des difficultés pour me déplacer, mais je fais encore des courses en voiture, je fais mes repas, le ménage.... Et je vais régulièrement au club pour jouer au scrabble et papoter. Je garde mes habitudes car j'habitais déjà dans ce quartier.

 

Un relais professionnel pour les familles

Comme Charles Margotin, son voisin, elle bénéficie du projet d’habitat inclusif multi-sites Octave. Porté par la MEL (Métropole Européenne de Lille), ce projet est le fruit d’un partenariat avec des bailleurs et le Service d’Accompagnement à la Vie en Logement Adapté (SAVELA) du centre Féron Vrau, soutenu financièrement par le Département. Les travaux ont en effet été pris en charge par le bailleul Vilogia et subventionnés par la commune, tandis que la participation de la CARSAT permet de réduire le montant des loyers.

Charles Margotin s'est installé dans cet appartement après le décès de son épouse.

 

Carole Douzou, la coordinatrice aide Louise et Charles à gérer les problèmes du quotidien :

Je passe toutes les trois semaines, plus si nécessaire.

Elle assure ainsi un véritable relais professionnel pour les familles et une présence rassurante pour les locataires.

 

 Un effet de groupe stimulant

Autre exemple de mode d'habitat intermédiaire, cette maison de Tourcoing où six adultes en situation de handicap psychique vivent en colocation et bénéficient d'un accompagnement. Chacun participe à hauteur de ses capacités (courses, cuisine, lessive…) avec l’aide d’intervenants à domicile, et d’animatrices pour des activités individuelles et collectives.

J'aime cette maison, je m'y sens bien

témoigne Cindy qui auparavant était hébergée dans un foyer.

Exemple d'habitat intermédiaire avec cette colocation pour personnes en situation de handicap psychique à TourcoingCindy et Hicham sont colocataires depuis deux ans.

 

L’effet de groupe est très stimulant, il évite de souffrir de l’isolement

explique Caroline Gonthier responsable du service des habitats partagés de l’association Ensemble Autrement qui coordonne ce dispositif. Ce lieu permet aussi à certains de prendre leur indépendance : Hicham, qui a quitté le nid familial, devrait pouvoir s’installer seul d’ici quelques temps.

À travers ces différents dispositifs, le Département mène une vraie stratégie de développement de l’habitat inclusif. Chaque année jusqu’en 2020, des appels à projets sont lancés afin de soutenir une dizaine de projets par an, sur l’ingénierie, le fonctionnement ou l’investissement. Avec un objectif : développer les alternatives à l'hébergement en structure pour les personnes les plus fragiles et favoriser leur autonomie. 

 

Photo du haut : Louise Dufäy garde son autonomie grâce à ce logement adapté. Photos : D. Lampla