Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Le très haut-débit passe à la vitesse supérieure !

Publié le 04 avril 2018 - Mis à jour 19 avril 2018 | Solidarité entre les territoires

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

La fibre numérique est en cours de déploiement dans les territoires ruraux. L'année 2018 verra les opérations monter en puissance. Reportage à Camphin-en-Pévèle.

Pour de meilleurs services dans les territoires ruraux

Le Département est là !

Vidéos

Il arrive ! Cris de joie, ouf de soulagement, les habitants de Camphin-en-Pévèle sont unanimes : le très haut-débit va faire du bien. Comme chez Pierre :

Ils sont en train de l'installer chez moi. Pour le moment, je suis en ADSL 2 Mo. Avec la fibre numérique, ça va être plus rapide, la télé va mieux fonctionner.

Le très haut-débit est en cours de déploiement dans les zones rurales du Nord depuis fin 2017. Et c'est gratuit. Délégation de service public, c'est le Syndicat mixte de la fibre numérique 59/62 qui s'en charge en secteur rural, les opérateurs "historiques" étant responsables du déploiement dans les grandes agglomérations (Métropole Européenne de Lille, Valenciennes et Dunkerque).

 

Un aménagement vital pour l'emploi 

Avant, pour s'installer dans une commune, les gens se préoccupaient d'abord de l'assainissement. Maintenant, la préoccupation première est de connaître le débit internet !

résume Luc Monnet, maire de Templeuve, conseiller départemental et vice-président de la Fibre numérique 59/62.

L'emploi constitue aussi un enjeu pour l'économie dans les territoires. Une vingtaine d'entreprises sont mobilisées dans le Nord pour réaliser les travaux dans les communes.

 

 80 000 prises installées en 2018

Au total, 668 000 prises doivent être posées dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais d'ici fin 2021, dont 80 000 dès 2018.

Il y a une vraie attente de la population, une attente très intergénérationnelle

explique Luc Monnet.

Nous commençons avec les territoires qui ont la plus mauvaise qualité ADSL, prioritaires pour le déploiement.

Côté financement, en plus des investissements privés, la Région contribue pour 40%, les Départements du Nord et du Pas-de-Calais pour 40% et les intercommunalités pour 20%.