Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Des gâchimètres à pain dans les collèges

Publié le 14 février 2018 | Collège Éducation

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

180 collèges du Nord sont désormais dotés d'un "gâchimètre à pain" destiné à sensibiliser les élèves au gaspillage alimentaire. Une action innovante qui s'inscrit dans le cadre des démarches d'éco-citoyenneté et d'éducation au bien-manger portées par le Département.

 

Orchies, collège du Pévèle. La demi-pension accueille en moyenne 800 collégiens par jour.

Au quotidien, ce sont 4 à 6 kg de pain qui sont jetés sur 40 kg achetés

témoigne Christian Lemaître, chef de cuisine de l'établissement.

Le collège a été tout récemment doté d'un gâchimètre à pain fabriqué à la demande du Département par l'ESAT (Établissement et service d'aide par le travail) "Les ateliers de Jemmapes" à Wambrechies, en collaboration avec l'entreprise NOMETIE de Wargnies-le-Grand.

Le montage des gâchimètres a représenté un mois de travail à l'ESAT. Ce travail nous a décidé à participer aussi à la démarche de sensibilisation au gaspillage alimentaire en installant des gâchimètres à pain dans nos 2 cantines

explique Christophe Corenflos, responsable de production à l'ESAT.

 Cette initiative s'inscrit dans le cadre des actions en faveur de l'éco-citoyenneté et du bien-manger portées par le Département, notamment celle qui vise à promouvoir l'approvisionnement local pour les 125 000 repas distribués par jour dans des cantines dépendant du Département (collèges et maisons de retraite notamment).

 

Lutte anti-gaspillage et approvisionnement local : 
un cercle vertueux 

Pour Patrick Valois, vice-président chargé de la Ruralité et de l'Environnement,

la politique de lutte contre le gaspillage alimentaire et celle en faveur de l'approvisionnement local sont liées. Lorsqu'un établissement s'engage dans l'approvisionnement local, on constate systématiquement une chute du gaspillage. C'est un cercle vertueux.

Joëlle Cottenye, vice-présidente chargée de l'Éducation et des Collèges, a quant à elle évoqué l'idée de la création d'un réseau d'éco-citoyenneté entre les collèges, afin que les élèves se rencontrent, partagent et échangent autour de ces problématiques.

Avant de rappeler aux jeunes que 

ce sont les collégiens qui sont les ambassadeurs du bien-manger et de la lutte anti-gaspi auprès des adultes.

 

Photo: Ph. Houzé