Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Une résidence d'écrivains au cœur de la Flandre

Publié le 07 février 2018 - Mis à jour 27 mars 2018 | Culture Sport

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Depuis un peu plus de 20 ans, la Villa départementale Marguerite Yourcenar accueille en résidence des écrivains du monde entier. En 2018, 21 auteurs français et européens de culture, de styles et de spécialités variés seront accueillis et iront à la rencontre du public.

 

Un Espagnol, un Autrichien, une Belge, plusieurs Français, philosophes, écrivains, auteurs de BD ou encore plasticiens : de début mars à fin novembre, 21 auteurs bénéficieront d'une résidence d'un mois ou deux à la Villa départementale Marguerite Yourcenar.

Pour Béatrice Descamps-Plouvier, vice-présidente chargée de la Culture 

la Villa est un lieu est magique, on y sent l'âme de Marguerite Yourcenar. Mais le Département tient aussi à ce que ses équipements culturels restent en étroite connexion avec les territoires.

Tout au long de l'année, de nombreuses manifestations, soirées et échanges sont donc organisés à la Villa et en dehors.

La programmation générale s'articule autour de la présence des auteurs et favorise la rencontre des publics avec des écrivains contemporains, à l'image des actions organisées en direction des collégiens : notamment un concours d'écriture ou encore les journées "collégiens" qui touchent chaque année près de 600 élèves Nordistes.

 

Des portes ouvertes plus nombreuses

Et ce n'est pas tout :

Pour la première fois cette année, la Villa ouvrira ses portes les week-ends de juin et 3 dimanches dans l'année (les 25 mars, 8 avril et 25 novembre) à l'occasion de temps forts dédiés au grand public toujours très nombreux à venir se promener au Mont-Noir en fin de semaine

explique Marianne Petit, responsable de la Villa.

À la croisée des chemins et des disciplines, la Villa départementale s'affirme plus que jamais comme un relais des politiques départementales au service de la création littéraire contemporaine.

 

Photo : Ph. Houzé