Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Nord Êka ! : parlez-vous le chatbot?

Publié le 02 février 2018 | Culture Sport

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Nord Êka !, piloté par le Forum départemental des Sciences, permet aux 15-25 ans de se familiariser avec l'actualité de la recherche dans notre Région. Un "chatbot" complète depuis peu la panoplie numérique de cet outil sur Facebook. Entretien avec Franck Marsal, Directeur du Forum départemental des sciences.

 

Pourquoi avoir développé ce robot en ligne ?

Avec Nord Êka !, l'idée directrice est de sensibiliser les jeunes à l'actualité de la recherche et de la science. C'est un défi quotidien !  Dans nos différentes expériences, nous nous sommes rendu compte que les expériences qui fonctionnent le mieux sont celles qui permettent aux jeunes de devenir acteurs de leurs propres découvertes. Les jeunes générations sont désormais habituées à ce type de robots capables d'assurer une conversation en ligne. Nous collons donc aux habitudes d'aujourd'hui sur les réseaux sociaux.

Comment fonctionne ce "chatbot"?

Ce "robot conversationnel", développé par une start-up de la région lilloise, est accessible depuis la page Facebook de Nord Êka ! En démarrant la conversation, l'internaute peut approfondir des anecdotes scientifiques assez singulières. Nord Êka ! vous explique ainsi pourquoi les pandas ont 6 orteils ou comment un poulet a réussi à vivre 18 mois sans tête... On apprend aussi que les camions au point mort consomment 126 litres de gasoil par seconde rien qu'aux Etats-Unis ! En attendant de nouvelles anecdotes, les visiteurs peuvent aussi poser une question directement à l'équipe de Nord Êka !

Une porte d'entrée vers la science

Comment se positionne cet outil par rapport aux supports de Nord Êka ! ?

C'est un plus pour la vulgarisation et une porte d'entrée vers nos supports habituels. Nord Êka ! associe en effet de nombreux acteurs, la Région Hauts-de-France notamment, autour des principaux acteurs de la recherche scientifique sur notre territoire (INSERM, INRIA, MESCH, CNRS...). A travers des articles sur Facebook ou sur le blog, à travers des vidéos, nous souhaitons mettre en valeur la vitalité de ces chercheurs tout en rendant les jeunes curieux au sujet des sciences. Nous menons donc un travail spécifique auprès du public scolaire à travers des dossiers thématiques. Le prochain portera sur les ressorts de l'addiction.