Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Aux petits soins pour les dunes de Flandre

Publié le 27 décembre 2017 | Solidarité entre les territoires

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Depuis début novembre, les travaux de restauration écologique des dunes ont repris sous la houlette du Département. Objectif: restaurer la biodiversité de ces espaces naturels sensibles protégés (Natura 2000) qui constituent l'un des systèmes dunaires les plus remarquables d'Europe.

 

Une pelleteuse sur la dune Dewulf et bientôt sur la dune Marchand, des débroussailleuses en action sur la dune du Perroquet... À première vue, ça peut surprendre. Pourtant, tout est normal !

Initiés entre janvier et mars 2017, les travaux de restauration des habitats dunaires naturels (dunes blanches et dunes grises) ont repris leur cours. 

On travaille en hiver quand la nature est à l'arrêt, et on stoppe au printemps

explique Bénédicte Lemaire, chargée d'études au Département du Nord.

 

 

Préserver la biodiversité

De part et d'autre de la frontière franco-belge, les espaces dunaires forment des sanctuaires de nature dont la biodiversité est menacée par l'embroussaillement (troène, argousier, clématite, rejets de peuplier, etc.). 

Il s'agit donc de limiter la prolifération des arbustes devenus trop envahissants. Partiellement remises à nu, les dunes retrouvent leur aspect originel et les espèces protégées liées à ces milieux pionniers.

Les travaux consistent à arracher, broyer puis exporter les arbustes invasifs. Là où c'est possible, les travaux sont mécaniques mais sur 75% des surfaces concernées par le projet, les interventions sont réalisées à la main.

Sur les chantiers, le Département emploie notamment des Nordistes en insertion
comme ceux de l'association Ecoflandres. 

 

Côté français, ce sont ainsi 65 hectares répartis entre la dune Dewulf, la dune Marchand et la dune du Perroquet qui vont être débroussaillés sur plusieurs années. 

Au fur et à mesure de l'avancée des travaux, des clôtures sont posées pour rendre possible l'entretien des surfaces restaurées par le biais du pâturage (chevaux Haflinger, chèvres, moutons).

Des mares sont aussi creusées, favorisant le retour d'espèces emblématiques
comme le triton crêté et le crapaud calamite. (Photo: T. Tancrez)

Nous effectuons un suivi de recolonisation après les travaux. On a déjà retrouvé la Pensée de Curtis, et quinze jours après avoir creusé une mare l'hiver dernier, on a observé des pontes d'amphibiens

se réjouit Bénédicte Lemaire.

 

Un vaste projet transfrontalier

Les Espaces Naturels Sensibles de la Dune Dewulf, de la Dune du Perroquet et de la Réserve nationale de la Dune Marchand sont gérés par le Département. Les travaux de restauration qu'il y mène actuellement s'inscrivent dans le cadre du vaste projet transfrontalier de préservation des massifs dunaires : le projet LIFE+ NATURE Flandre.

Le Conservatoire du Littoral et l'Agence Nature et Forêts de la région flamande sont également partenaires de l'opération.

 


 

Mis en œuvre par les autorités françaises et flamandes avec le soutien de l'Union Européenne, ce projet comprend une trentaine d'actions. Il s'étend sur un peu plus de 6 ans (jusqu'en mars 2020) pour un budget global de 4 M€ financé à 50% par des fonds européens.