Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Le sport, un bonheur partagé

Publié le 14 novembre 2017 | Passion sport


L’union fait la force, et nos petits champions de France de sport partagé du collège du Triolo à Villeneuve d’Ascq l’ont bien compris. Avec eux, à l’entraînement, tolérance rime avec performance.

Chaque jeudi, ils sont une quinzaine d'élèves de 3e et de 4e du collège du Triolo à Villeneuve d'Ascq à se retrouver avec bonheur pour leur entraînement de sport partagé. Filles, garçons, adolescents valides et en situation de handicap, s'entraînent et s'amusent ensemble dans quatre disciplines adaptées (biathlon, course d'orientation, tennis de table et performance artistique).

Les épreuves nécessitent de la solidarité. Tous, avec leurs différences, apportent une plus value à l'équipe
explique Michel Bonhoure. Professeur passionné, il a monté cette section sportive affiliée à l'Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS) en septembre 2016 avec sa collègue Catherine Averland. La France en compte seulement deux. Pour ces deux enseignants, c'est l'aboutissement d'un travail mené tout au long de l'année dans leurs classes respectives.

 

Deux sections sport partagé en France

Dès l'an prochain, ils bénéficieront du soutien financier du Département.

En cinq ans, nous avons multiplié par cinq le notre nombre d'élèves licenciés en situation de handicap. Avec le Département, nous œuvrons pour le sport scolaire avec comme intérêt principal, l'élève. Notre objectif : innover et nous adapter toujours plus 

annonce Francisco Rodriguez, directeur de l'UNSS. Cette nouvelle section de sport adapté de Villeneuve d'Ascq en est l'incarnation. En septembre, la saison a repris sur les chapeaux de roue pour les jeunes avec l'ambition de défendre ce titre de champions de France décroché en juin dernier à Troyes.

La section sport partagé du collège du Triolo (photo: Dominique Lampla)

 

Gautier, motivé, avait mis le point décisif. "Ici, je me sens bien. J'oublie mon handicap". Sa copine Jehanne ajoute :

On est pareils, la différence on ne la voit pas !

À tel point que les valides s'entraînent dans les fauteuils, à l'instar de Tom. "Je me suis inscrit ici pour faire du sport avec mes amis et pour me mettre à la place des élèves handicapés", conclut le jeune homme, résumant l'enthousiasme et la solidarité de cette équipe exemplaire.


baseline