Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Alexander Ketele, mémoire du paysage, mémoire de l'homme

Publié le 23 octobre 2017 | Emotion culture


Alexander Ketele fut invité en résidence à Sars-Poteries en 2014, à la suite d’un appel à projet autour de la commémoration de la Première Guerre mondiale. Cette thématique a poussé l’artiste à s’intéresser de plus près aux paysages truffés de trous d’obus dans la région de Vimy.

Les autres articles

Né en 1954, le sculpteur belge observe les interactions entre la matière, l’espace et la forme. La nature devient pour lui un témoin silencieux du passé par les cratères de bombes ou les tranchées qui ont modifié le paysage en 1917.

L’œuvre monumentale Mémoire du paysage, mémoire de l’homme nous parle de l’empreinte immémoriale laissée dans les esprits et dans le paysage par la violence des hommes et l’horreur du conflit.

Spécialement conçue pour le MusVerre, elle prend place dans le jardin de sculptures du musée et vient dialoguer avec le bocage tout proche. Sa forme est porteuse de mémoire, le verre permet de figer l’histoire et le métal vient souligner l’ensemble. Chaque matériau a ses qualités propres, particulièrement le verre qui a intrigué l’artiste par sa transparence et son pouvoir d’absorption et de réflexion.

Le format de la sculpture vient donner un sens émotionnel, soutenu par la force et la rectitude du métal. Ensemble, verre et métal donnent une nouvelle force et la sculpture transforme les empreintes du passé en un mouvement dynamique. 

 

Photo : Œuvre extérieure - © Philippe Robin


baseline