Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Un outil innovant pour l'entretien des espaces naturels

Publié le 27 septembre 2017 | Innovation territoires


Une machine prototype a été testée fin septembre dans l’Espace naturel sensible de Bouchain, au sein de la vallée de la Sensée. Il s’agissait de couper de façon innovante une roselière de 8 ha qui risquait à terme de toucher la ligne à très haute tension qui la surplombe...

On a découvert une nouvelle bête dans un Espace naturel sensible (ENS) du Département ! 

Et plus particulièrement dans la roselière de Bouchain, traversée par une ligne électrique de 400 000 volts.

 

Afin que la végétation n'aille pas toucher les câbles, ce qui pourrait provoquer un arc électrique et de la déperdition de tension, il nous fallait trouver une solution innovante qui permette de couper la roselière autrement que manuellement, opération particulièrement pénible que nous pratiquions tous les 4 ou 5 ans, 

explique Corine Sauvage, garde départementale.

Un partenariat a été conclu avec  RTE (Réseau de transport d’électricité) pour l'expérimentation d'une machine prototype spécialement conçue pour les interventions en milieu instable : la Gerris.

Arrivée de Vendée, la Gerris, ou araignée d’eau de son nom commun, est montée sur chenilles. Si elle carbure au gasoil, ses effets bénéfiques sur la biodiversité suscitent l’intérêt tant du Département que de RTE. 

 


La Gerris est capable de franchir les fossés et de se mouvoir en terrain très spongieux, comme peut l'être une roselière, sans abîmer le milieu naturel. Sa portance au sol est de 100 g par cm2 contre 300 g pour l’homme,

précise Corine Sauvage.  

 

Capteur thermique

 

De plus, l'engin dispose d’un détecteur thermique qui repère les animaux à sang chaud. Le conducteur est alerté et peut stopper la machine avant de faire (très) mal à un petit habitant de la roselière.

 

ca roseliere bouchain-RTE

 Corine Sauvage, garde départementale, et Pierrick Tanguy, directeur régional de RTE :
un partenariat innovant au service de la nature. Photo Cédric Arnould.

 

Pour Pierrick Tanguy, directeur régional de RTE,

 

Cette expérimentation en collaboration avec le Département du Nord est très intéressante. Elle pourrait bien être renouvelée ailleurs. C'est pourquoi nous avons décidé de prendre en charge la totalité du coût de l'opération, soit 77 000 euros. 


baseline