Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Accueil familial: maintenir l'autonomie en milieu rural

Publié le 02 octobre 2017 | Engagement solidarité


Semaine bleue du 2 au 8 octobre 2017 - Semaine nationale des retraités et personnes âgées - Le Nord s'engage pour l'autonomie des personnes âgées

C'est parti pour la Semaine bleue ! À cette occasion, découvrez des initiatives soutenues par le Département en faveur des personnes âgées. Ce lundi, coup de projecteur sur l’accueil familial, une alternative à l’hébergement en structure.

Programme de la Semaine bleue

Les autres articles

 

Forest-en-Cambrésis, 540 habitants. André, Daniel et Fernand sont trois séniors du village qui ont la chance de vivre chez Martine Tourneux. Depuis un peu plus de vingt ans, cette femme souriante qu’on devine d’emblée généreuse exerce avec passion le métier d’accueillante familiale.

S’occuper des autres et faire du bien autour de moi, ça fait partie de mon équilibre

explique-t-elle.

 

 

Après avoir débuté sa carrière en maison de retraite, elle s’est lancée dans l’aventure de l’accueil familial quand bien même ses trois enfants vivaient encore sous son toit. Ce métier de proximité offre en effet l’avantage d’être compatible avec une vie de famille.

Et les personnes accueillies retrouvent de l’autonomie, à leur rythme. Les petites responsabilités qui peuvent leur être confiées les valorisent et contribuent à leur redonner confiance.

 

Pouvoir vieillir là où on a toujours vécu

 

Souvent, l’accueil familial permet aussi à la personne âgée ou en situation de handicap de maintenir des liens tissés dans son environnement antérieur, de par la proximité géographique du lieu d’accueil avec son lieu d’origine.

S’il leur faut veiller 24h/24 et 7j/7 au bien-être de leurs accueillis, les accueillants familiaux doivent aussi savoir poser un cadre, se ménager des moments à eux et exprimer leur besoin de souffler quand la fatigue s’installe.

Le métier requiert patience, tolérance et une grande capacité d’écoute afin d’être en mesure d’établir un projet de vie avec l’accueilli.

L’image d’un métier où l’on est isolé et enfermé chez soi est fausse. Alors si une personne est motivée, qu’elle n’hésite pas à se lancer !

conclut Martine Tourneux.

 

Photo: Ph. Houzé


baseline