Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Le restaurant scolaire du collège de Mouvaux s'approvisionne localement

Publié le 01 juin 2017 | Ambition jeunesse


Le bar à salades du collège Van der Meersch de Mouvaux. L'établissement s'est lancé dans l'approvisionnement local. Photo : Ph Houzé

Le collège Maxence Van der Meersch s’ajoute à la liste des établissements ayant franchi le pas de l’approvisionnement local. Une démarche entreprise récemment et qui est amenée à se développer.

A l’entrée de la salle de cantine, une fois la chaine de self passée, élèves et professeurs accèdent au bar à salades ou à soupes, selon la saison. Un espace flambant neuf où chacun vient se servir à sa guise pour éviter le gaspillage.

Ici, les légumes ont de belles couleurs, la présentation soignée et les odeurs aiguisent l’appétit. Au dessus de chaque plat concerné, une étiquette permet d’identifier la provenance des produits issus de l’approvisionnement local.

Nous souhaitions nous lancer dans la démarche depuis plusieurs années. Mais il nous a fallu du temps pour savoir comment procéder,

explique Valérie Lelièvre, la gestionnaire du collège. La création de la plateforme approlocal.fr a donc été perçue comme une aubaine. Ce site de commandes en ligne, réservé aux professionnels a été mis en place par la Chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais.

 

Objectif : 25% de produits locaux

 

Nous avons accès à une liste de produits locaux et de producteurs avec qui nous sommes en relation directe.

 

 

approvisionnement local au collège de Mouvaux

Le bar à salades est très prisé par les élèves. Il attire par ses couleurs et la fraîcheur de ses produits. Photos : Ph Houzé


Des rencontres chez les producteurs et avec d’autres collèges confortent l’établissement dans son choix. 

Je connais les produits que je travaille et je peux proposer des légumes de saison,

assure le chef cuisinier du collège, Serge Patffort. Une démarche à laquelle les élèves sont sensibles d’autant plus que

cela fait travailler les producteurs locaux,

relève Nino, 14 ans.

D’ici un an, le collège espère que l’approvisionnement local représentera 25% des produits achetés.

Nous visons l’équilibre financier et le coût de ces produits est raisonnable,

conclut Valérie Lelièvre.


baseline