Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Mille actions pour le retour à l'emploi

Publié le 25 juillet 2016 | Insertion Emploi

PARTAGER SUR : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Le Département réoriente sa politique d'insertion des allocataires du RSA : priorité au retour à l'emploi, rééquilibrage territorial, financements pluriannuels.

En chiffres

 

74,3
millions d'euros sur 3 ans (2016-2018)

988
projets financés

Environ
70 000
allocataires accompagnés chaque année

59%
des crédits dédiés à l'insertion professionnelle, 41% à l'insertion sociale (dès 2017)

5
axes d'intervention

Logo FSE
Certaines des actions présentées dans cet article bénéficient d'un cofinancement du Fonds social européen (FSE).

Les autres articles

 

Le 13 juin 2016, le Conseil départemental adoptait une délibération importante : l'attribution des crédits destinés à l'insertion des allocataires du RSA. Les 988 actions financées sont issues d'un appel à projets lancé en avril.

L'effort financier se veut à la hauteur de l'enjeu : 74,3 millions d'euros sur 3 ans,

pour permettre à nos partenaires d'avoir une visibilité, de travailler dans la durée, et aussi pour alléger les procédures administratives

explique Olivier Henno, vice-président du Conseil départemental chargé de l'insertion.

 

 

 

Priorité à l'insertion professionnelle

 

Nous tenons notre pari de rééquilibrer notre offre d'insertion en faveur de l'insertion professionnelle, car c'est elle qui est porteuse d'avenir pour les allocataires

souligne par ailleurs l'élu.

En 2015, lors du changement de majorité, les crédits dédiés à l'insertion des allocataires du RSA étaient consacrés à 66% à des actions d'insertion sociale, contre 34% pour l'insertion professionnelle.

Les financements adoptés le 13 juin renversent la proportion : 59% pour l'insertion professionnelle dès 2017, 41% pour l'insertion sociale.

Les projets retenus permettent de décliner une offre d'insertion plus dynamique, clairement orientée vers le retour à l'emploi, tout en intervenant sur l'insertion sociale des plus fragiles

estime Olivier Henno, pour qui

c'est l'inverse d'une gestion du RSA à deux vitesses !

 

 

Olivier Henno, vice-président du Conseil départemental du Nord en charge de l'Insertion

Olivier Henno, vice-président du Conseil départemental chargé de l'Insertion (photo : D. Lampla)

 

 

 

Rééquilibrage territorial

 

Autre enjeu majeur pour le Département : rééquilibrer l'offre d'insertion afin de favoriser des territoires jusqu'à présent "sous-dotés" : le Valenciennois, la Flandre intérieure ou encore Roubaix et Tourcoing.

Pour cela, le Département a adopté un nouveau mode de calcul : les crédits sont désormais attribués au prorata du nombre d'allocataires sur le territoire concerné.

L'appel à projets comprenait 5 axes :


1. Médiation directe vers l'emploi

38 actions retenues pour 7,32 M€ (2016-2018)

Les actions retenues permettent la mise en relation directe des allocataires du RSA demandeurs d'emploi avec un employeur, dans un objectif de retour durable à l'emploi.

Les 19 sites mettant en œuvre le dispositif "Intervention sur l'offre et la demande" (IOD) seront financés dans ce cadre.

 

2. Expérimentation et innovation

91 actions retenues pour 6,58 M€ (2016-2018)

Ces actions permettent d'expérimenter des interventions innovantes ou ayant fait leurs preuves sur des territoires ciblés.

 

3. Remobilisation professionnelle

115 actions retenues pour 15,19 M€ (2016-2018)

115 Ateliers chantiers d'insertion sont concernés par cet axe, leur activité permettant d'aider les personnes sans emploi, en difficulté professionnelle et sociale, à se repositionner sur le marché du travail.

 

4. Levée des obstacles à un retour à l'emploi et à l'activité

219 actions retenues pour 14,76 M€ (2016-2018)

Cet axe favorise les actions concourant à la remise à l'emploi par la prise en charge des problèmes périphériques : mobilité, garde d'enfants, maîtrise du numérique…

 

5. Accompagnement social individuel et collectif

525 actions retenues pour 30,43 M€ (2016-2018)

Un accompagnement social de certains allocataires du RSA éloignés de l'emploi est nécessaire pour lever les obstacles à la remise à l'emploi.

Les actions retenues constituent un levier important de développement et d'intégration sociale pour les personnes en situation de précarité.

Les actions culturelles (médiation, projets culturels…) font par exemple partie de cette catégorie.

 

 

 

Retour en haut de page