Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Insertion : mieux coordonner les interventions

Publié le 06 septembre 2016


Le Conseil départemental de l'insertion s'est tenu le 6 juillet dernier à Saint-André-lez-Lille. Autour de Jean-René Lecerf, président du Conseil départemental, il a réuni les différents acteurs de l'insertion pour une matinée d'échanges visant à initier de nouvelles coopérations.


Au 31 mars 2016, plus de 115 000 foyers nordistes étaient allocataires du RSA, une allocation à laquelle le Département a consacré 660 M€ en 2015. 

Le Conseil départemental de l'insertion est une étape importante dans la gouvernance partenariale de notre politique. Il doit permettre de mieux articuler les dispositifs en faveur du retour à l'emploi, favoriser les transferts d'expérience entre territoires et bien sûr, évaluer la politique départementale de l'insertion

a déclaré Jean-René Lecerf, président du Conseil départemental du Nord, en introduction aux trois tables rondes organisées dans le cadre de cette assemblée.

Il a également souligné qu'environ un tiers des allocataires ne connaissent pas de freins liés au logement, à la santé ou à la mobilité pour retourner vers l'emploi.



Initier de nouvelles coopérations

 

À l'initiative du Département, huit plateformes de l'emploi et de l'insertion professionnelle sont en cours de déploiement sur le territoire.

Pour Jean-Pierre Lemoine, directeur général adjoint de la Solidarité au Département, 

l'enjeu de ces outils opérationnels innovants est de mieux connaître les allocataires du RSA pour mieux les orienter. Des relais doivent pouvoir s'organiser entre les différents acteurs de l'insertion d'une part et les partenaires et le monde économique d'autre part, pour inscrire les personnes dans des parcours adaptés et coordonnés.


conseil départemental de l'insertion 2016

Laurent Rigaud, président de la Chambre régionale des métiers et de l'artisanat, Nadia Belgacem, responsable à la DIRECCTE Nord, Nathalie Drobinoha, conseillère régionale, Sylvie Maeseele, directrice d'agence Pôle emploi et Jean-Pierre Lemoine, DGA au Département du Nord, ont échangé sur la mise en œuvre d'une meilleure coopération entre partenaires de l'insertion.



Des outils pour la professionnalisation des allocataires du RSA


Début 2016, le Département a lancé un appel à projets autour de cinq axes : médiation, innovation, remobilisation professionnelle, levée des freins à l'emploi, accompagnement social.

Les 988 projets retenus vont donner lieu à un conventionnement sur trois ans avec le Département qui va y consacrer 74,3 M€.

L'enjeu est de taille, car 

seuls 12% des 50 000 allocataires du RSA accompagnés par Pôle emploi sont actuellement en formation, et ce malgré un regain d'entrée en formation de plus de 50% depuis début 2016

a souligné Anne Dauchez, directrice territoriale de Pôle emploi.

Dans ce domaine, la Région Hauts de France avec notamment le plan "500 000 formations", mais aussi l'UNA Nord pour le retour à l'emploi dans le secteur des services à la personne, sont quelques-uns des partenaires privilégiés du Département déjà engagés dans des actions très concrètes.



Une offre de services diversifiée


Annette Glowacki, présidente de l'URIOPSS (union régionale qui fédère les associations et organismes non lucratifs des secteurs sanitaire, social et médico-social) a tenu à alerter les participants :

Il ne peut y avoir de parcours vers l'emploi que si on parvient à relier insertion professionnelle et accompagnement social. Nos accompagnements à plusieurs doivent être lisibles et cohérents.

Un avis partagé notamment par M. Defoer, conseiller à l'agence Pôle emploi de Valenciennes qui travaille en étroite collaboration avec les services du Département, et qui souligne que 

l'accompagnement doit être global afin que la sortie du RSA soit pérenne.


En conclusion de cette matinée riche en échanges, Olivier Henno, vice-président du Conseil départemental chargé de l'Insertion, a souhaité que

les outils mis en place redonnent du crédit à notre modèle social, et en particulier à notre politique de solidarité collective. Le RSA n'est pas une voie de garage mais une main tendue vers le retour à l'emploi.