Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Et si on embauchait un travailleur handicapé ?

Publié le 16 juin 2016 | Engagement solidarité


Sensibilisation au maniement d'une tronçonneuse quelques travailleurs handicapés de l'ESAT d'Englefontaine, devant un groupe de participants au Handicap Tour.

Pendant trois jours, le "Handicap Tour" a permis à des employeurs du Valenciennois, de l'Avesnois et du Cambrésis de découvrir qu'employer un travailleur en situation de handicap n'est pas si compliqué et que différentes structures sont là pour les y aider.

Les gens ont toujours des représentations qui les freinent. Cette initiative organisée par Cap emploi avec le soutien du Département permet de lever les freins, notamment en faisant se rencontrer les personnes

a déclaré Geneviève Mannarino, vice-présidente du Conseil départemental chargée de l'Autonomie, lorsqu'elle a rejoint le "Handicap Tour" pour une étape de son circuit en Sambre-Avesnois. 

Les 14, 15 et 16 juin 2016, un car a sillonné les trois arrondissements du sud du département. À son bord : différents partenaires venant du secteur du handicap, des entreprises privées ou de services publics.

Outre les riches conversations qu'ils ont eues entre eux, ils ont rencontré différentes structures spécialisées dans le handicap et l'emploi, notamment plusieurs ESAT (établissements et services d'aide par le travail), gérés par différentes associations : APF, APEI, Afeji, APAJH

Ils en ont également appris davantage sur le fonctionnement de Pôle emploi et des Missions locales.

 

Orientation et réinsertion

 

Présent dans toute la France, Cap emploi est un organisme chargé de l'orientation et de la réinsertion des personnes en situation de handicap mais aptes à travailler en milieu ordinaire. Il s'agit souvent de personnes qui, suite à un accident ou une maladie, ne peuvent plus occuper leur ancien poste.

Le dispositif concerne tous les types de handicaps, mais surtout le handicap moteur et les maladies invalidantes.

En 2015, 820 contrats ont été signés sur notre secteur, soit 47% des personnes en "parcours actif" chez nous. On est avant tout des facilitateurs

résume Alice Ferrai, responsable du Cap emploi sur le Grand Hainaut (Avesnois, Cambrésis, Valenciennois) qui souligne la compétence de son équipe, ainsi que sa réactivité et sa très bonne connaissance de son public.

 

Concilier l'ESAT et l'entreprise

 

L'objectif des visites du "Handicap Tour" était aussi de montrer que les choses peuvent se faire progressviement, que des salariés en milieu protégé peuvent aussi travailler un ou plusieurs jours par semaine en milieu ordinaire. 

Ainsi, lors de la visite des Ateliers du Quercitain, un ESAT géré par l'Afeji et basé à Englefontaine, les participants ont pu faire la connaissance de Mélissa, une jeune femme qui maîtrise bien les techniques du repassage et du nettoyage et aide à la préparation des repas. Il est prévu qu'elle puisse prochainement effectuer le même genre de tâches dans une crèche qui ouvrira bientôt dans un village voisin.

 

Le Handicap Tour aux Ateliers du Quercitain 2

Lors de la visite de l'ESAT, Geneviève Mannarino s'est entretenue avec Fabrice Taupin, directeur adjoint des Ateliers du Quercitain, et Mélissa, une des 67 personnes en situation de handicap qui y travaillent. (Photo : Christophe Bonamis.)


Le fait de pouvoir travailler à temps partiel en entreprise, c'est une vraie bonne idée !

a commenté Geneviève Mannarino.

Stéphanie Petit, responsable des relations sociales sur le site de Boussois de l'entreprise AGC France SAS témoigne :

Depuis 4 ans, un jour par semaine, Corinne, qui travaille en blanchisserie à l'ESAT Les ateliers du Val de Sambre, vient chez nous pour scanner des documents qu'on lui a préparés. Complètement autonome, elle vient seule et fait très bien son travail. Elle est toujours disponible et contente de venir. Même si elle n'est pas directement salariée de l'entreprise, elle est complètement intégrée à l'équipe.

 

 

Photo du haut : sensibilisation au maniement d'une tronçonneuse pour quelques travailleurs handicapés de l'ESAT d'Englefontaine, devant un groupe de participants au Handicap Tour (photo : Chistophe Bonamis).

 


baseline