Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Réorganisation de la maintenance des collèges

Publié le 20 juin 2016 | Ambition jeunesse


Les principaux des collèges du Dunkerquois Photo Emmanuel Watteau

Début mai, Joëlle Cottenye et Jean-Luc Detavernier, respectivement vice-présidents chargés des Collèges et des Ressources humaines, se sont rendus dans le Cambrésis et le Dunkerquois, pour présenter aux agents, aux gestionnaires et principaux, les procédures de réorganisation de la maintenance dans les collèges du Nord.

La nouvelle organisation de la maintenance des collèges est constituée de deux dispositifs majeurs : la mise en place de deux Equipes mobiles d’ouvriers professionnels (EMOP), à titre expérimental, dans le Dunkerquois et le Cambrésis, et ce dès la rentrée 2016-17, et le déploiement sur deux établissements des agents de maintenance des collèges sur l’ensemble du territoire départemental.

Cependant, le calendrier est serré. Le 1er juillet prochain, le recrutement des agents volontaires pour intégrer une EMOP sera bouclé.

 

Cette mise en place étant expérimentale, des ajustements devront être réalisés, parfois au cas par cas, pour travailler de façon efficace,

 

a commenté Joëlle Cottenye en présentant la réorganisation au principaux, gestionnaires et agents des collèges du Cambrésis et du Dunkerquois.

Pour Roger Joly, directeur-adjoint des Bâtiments du Département,

 

il s’agit d’optimiser la maintenance et les coûts d’entretien des 202 collèges du Nord, d’améliorer les conditions de travail et valoriser les compétences propres à chaque agent.

 

Et d’expliquer les missions des EMOP : intervenir sur des opérations d’aménagements intérieurs, de gros dépannage nécessitant une technicité et des connaissances fines.

 

Nous aurons par exemple besoin d’agents électriciens, plombiers, menuisiers, peintres, etc.

 

A noter que les EMOP seront rattachées aux Unités territoriales.

 

Alerte et anticipation

 

Les missions des agents de maintenance évoluent aussi. Travaillant sur deux établissements géographiquement proches, ces personnels auront un rôle d’alerte et d’anticipation des problèmes matériels et techniques que peuvent rencontrer un collège.

Par exemple, ils seront amenés à contrôler de façon plus fine, l’intervention des entreprises extérieures.

A Dunkerque, comme à Avesnes-les-Aubert, où se sont déroulées les présentations du nouveau dispositif, les interrogations ont surtout porté sur des aspects pratico-pratiques : mobilité, frais de déplacements, formation, certains principaux de collèges craignant un impact direct sur le quotidien de leur établissement.

L’expérimentation à venir devrait apporter des réponses précises.


baseline