Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Autonomie : des solutions à domicile

Publié le 21 avril 2016 | Engagement solidarité


Le Département développe des politiques innovantes pour les Nordistes

[Printemps de l'Autonomie] Quand ils deviennent nécessaires, aides à domicile et aménagement du logement peuvent être en partie financés par le Département.

Albert et Élise Duval, âgés respectivement de 82 et 90 ans, vivent depuis 1980 dans une maison à Bray-Dunes. Une maison avec un étage, pas forcément bien adaptée aux handicaps liés à leur avancée en âge.

Cependant ils n'envisagent pas de déménager, encore moins d'entrer en EHPAD, du moins tant qu'Albert est assez en forme pour s'occuper de son épouse. Car Élise a de sérieux problèmes de santé, elle a notamment perdu la vue.

Alors le couple trouve des solutions : il emprunte des CD de livres lus à la Bibliothèque sonore de Dunkerque et puis, précise Albert,

j'ai changé la télévision pour avoir l'audio-description car je devais lui expliquer tout ce qui se passait dans le film ! 

 

Albert Duval présente la douche à l'italienne qu'il a fait installer à son domicile.

Albert Duval présente la douche à l'italienne qu'il a fait installer en remplacement de la baignoire. Photo : P. Houzé

 

Ancien chef d'armement sur les chantiers navals, Albert est encore très actif. Soixante-dix à quatre-vingt fois par an, il se rend dans des maisons de retraite pour chanter.

J'ai commencé un peu après avoir pris ma retraite. Quand j'allais voir ma mère, je trouvais qu'il fallait animer tout ça ! Je vais jusqu'à Hazebrouck et je dois même refuser des demandes de maisons de retraite.

Tandis qu'il part interpréter Tino Rossi et Dany Brillant, sa femme reste seule à la maison.

Elle fait la sieste pendant ce temps-là. En cas de problème, elle a la télé-alarme.

 

 

"J'ai découvert le ménage"

 

Quand Albert a été opéré d'une arthrose de la hanche, fin 2012, il a négocié avec l'hôpital maritime de Zuydcoote pour adapter sa rééducation à sa situation familiale : au lieu de rester hospitalisé, il allait à l'hôpital un jour sur deux et rentrait à la maison tous les soirs.

Car si Albert et Élise ont beaucoup de descendants (5 enfants, 16 petits-enfants, 21 arrière-petits-enfants), ils sont dispersés dans toute la France.

Lors de cette opération, une des filles a pu être présente pendant trois semaines. Mais après, il a fallu s'arranger. Ainsi, une femme de ménage, en partie financée par l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) vient neuf heures par mois au domicile des Duval.

Pour le reste, il a appris à s'occuper de la maison et du linge car avant, c'était Élise qui gérait tout cela :

J'ai découvert que ça se lavait, une machine à laver ! 

Reste le problème des locaux.

Dans quelques années, on devra peut-être acheter un monte-escalier ou aménager une chambre en bas pour ma femme.

Pour l'instant, un premier aménagement a déjà été réalisé :

Je pouvais mettre ma femme dans la baignoire mais pas la ressortir. Il fallait une douche adaptée. Alors j'ai pris contact avec l'Aide aux personnes à handicap moteur (APAHM). Une ergothérapeute est venue, elle a fait un rapport en notant tout ce qu'il fallait faire. Elle m'a donné quelques contacts d'entreprises. J'ai demandé des devis à plusieurs sociétés. Elle m'a aidé à faire les dossiers de financement auprès des différentes organismes financeurs : Département (avec l'Aide à l'aménagement du logement - AAL 59), Agence nationale de l'habitat, Communauté urbaine de Dunkerque, CCAS et mutuelle.

Tout compte fait, les trois quarts du coût total de cette douche à l'italienne seront pris en charge.

D'autres travaux (volets électriques pour les fenêtres du séjour et pour la porte de garage) sont à l'étude. 

 


baseline