Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Geneviève Mannarino : "une politique de l'Autonomie innovante"

Publié le 24 mars 2016 | Engagement solidarité


Geneviève Mannarinno, vice-présidente chargée de l'autonomie - photo : P. Houzé

À l'occasion du Printemps de l'autonomie, Geneviève Mannarino, vice-présidente du Conseil départemental chargée de l'Autonomie, évoque les priorités du Département en direction des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.

 

lenord.fr : Quelles sont les orientations du Département concernant l'aide aux personnes âgées ?

Geneviève Mannarino : Il faut être innovant et avoir une vraie considération pour nos aînés. Nous allons donc continuer à mener une politique volontariste dans ce domaine, en essayant d'être préventionnistes et plus avant-gardistes.

Le maintien à domicile – mais je préfère parler de vie à domicile – est la première solution. La personne doit être accompagnée pour rester chez elle le plus longtemps possible, tant qu'elle n'a pas besoin d'aide 24 heures sur 24. Cependant, il faut qu'on puisse lui offrir une diversité de solutions.

 

Lesquelles ?

Par exemple, pourquoi ne pas envisager qu'une personne puisse être en EHPAD seulement le jour ou uniquement la nuit ?

Nous allons aussi essayer d'encourager l'accueil familial. Un axe que nous voulons particulièrement développer, c'est le maintien des personnes âgées en secteur rural. Nous réfléchissons à la création de petites unités de vie sur le modèle des "familles gouvernantes" qui existent au Québec.

 

De quoi s'agit-il ?

C'est un ensemble de quelques appartements, dans lesquels on recrée une forme de cellule familiale animée par une gouvernante qui crée du lien entre les personnes âgées.

Car pour réussir le maintien à domicile, une bonne installation domotique ne suffit pas. Le vrai problème du grand âge, c'est l'isolement.

 

Quels sont les autres axes importants ?

Il y a notamment l'information des aînés et de leur famille. Il faut qu'ils soient en capacité d'obtenir les renseignements sur toutes les solutions qui existent, quel que soit l'organisme auquel ils s'adressent : CLIC, CCAS, centre hospitalier…

L'idée, c'est de travailler encore davantage en réseau sur nos territoires. Un diagnostic par territoire va d'ailleurs être achevé cet automne. Il permettra de savoir où il est nécessaire de proposer de nouvelles solutions.

 

Une offre d'accueil diversifiée

 

Et les services d'aide à domicile ?

Le Département soutient les associations d'aide à domicile. Là aussi, il faut travailler par territoire pour ne pas laisser des associations trop fragiles se mettre en grande difficulté. Il faut les aider à optimiser leur offre et à se moderniser pour une meilleure qualité de service.

Nous menons notamment une réflexion sur la formation des personnels et aussi, en lien avec la Région, pour proposer aux allocataires du RSA des formations sur l'aide à la personne.

 

Quelles sont les grands axes de réflexion concernant les personnes en situation de handicap ?

Tout d'abord, je souhaite que l'on considère davantage les personnes handicapées comme des citoyens à part entière, qu’elles puissent décider pleinement de leur vie, de leurs projets, que les parents, la famille, et elles-mêmes puissent avoir accès à un vaste choix de solutions d’accueil et d’accompagnement dans leur vie quotidienne.

Je voudrais aussi que l'on mette d'abord en avant les compétences de la personne handicapée, la considérer en premier lieu sous cet angle n’est pas qu’un mot, c’est aussi un acte.

Au travers de nouveaux dispositifs à mettre en œuvre, il s'agit d'anticiper le vieillissement de la population, notamment pour les personnes handicapées vieillissantes, et réfléchir à des modes d’accueil mieux adaptés à chacun. Je pense par exemple à l’adaptation de logements au handicap.

Ainsi, la nouvelle politique autonomie doit apporter des réponses diversifiées aux usagers par des offres variées, comme par exemple l’habitat partagé et accompagné que l’on pourrait aussi développer en direction des personnes âgées. Il y a en ce domaine, une forte attente et d'importants besoins dans les territoires.

 

 


baseline