Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Derrière ses platines, Dimitri devient DJ Lamix

Publié le 09 février 2016 | Engagement solidarité


C'était son rêve : il l'a fait. A Denain, Dimitri Lamiot a créé son entreprise et il est devenu DJ. Il est sorti du dispositif du RSA. Tout comme Sylvie, comme Christophe et Lucas...

 

Mon grand-père faisait ça, mon père aussi... Et moi, je fais le DJ depuis que je suis tout petit

raconte le Denaisien Dimitri Lamiot.

Oui, mais comment transformer un loisir en emploi ? Quand il se rend au CCAS de Denain pour signer son Contrat d'engagement réciproque (CER), l'allocataire du RSA Dimitri Lamiot rencontre la référente RSA Sylvie Macéro.

C'est ça qu'il voulait faire, et rien d'autre. Il avait une motivation très forte. Il lui manquait l'accompagnement, les outils et les contacts

se souvient Sylvie Macéro.

La référente RSA met le jeune homme en contact avec la BGE (Boutique espace de gestion) de Denain. A la BGE, Djamila Bouguerra le fait intégrer le dispositif Citéslab, mis en place à l'intention des jeunes issus des quartiers "politique de la ville" qui veulent créer une association ou une entreprise.

Les démarches administratives, c'est ça qui me faisait peur

reconnaît Dimitri Lamiot.

Etude de marché, statut juridique, démarches diverses, la BGE l'accompagne dans la création de son auto-entreprise (Lamix Sonorisation).

Je suis auto-entrepreneur depuis un an et demi... Je travaille du vendredi au dimanche, je peux intervenir chez des particuliers, dans des restaurants, des boîtes de nuit, des bars, etc.

explique le DJ, qui reconnaît avoir encore du mal à se verser un plein salaire, mais ne désespère pas qu'un jour les temps seront plus propices à la fête. 

 


baseline