Version imprimable - Nouvelle fenêtre

Artisanat : des formations au plus près des besoins

Publié le 02 juillet 2015 | Innovation territoires


Le 1er juillet, Olivier Henno, vice-président du Conseil départemental chargé de l'insertion, a visité l'Université régionale des métiers de l'artisanat (URMA) créée par la Chambre des métiers du Nord-Pas de Calais.

Le vice-président Olivier Henno a été accueilli par Laurent Rigaud, membre du bureau de la Chambre des métiers et de l’artisanat de la région Nord-Pas de Calais (CMA) et président de la Commission territoriale de Lille

Il lui a fait visiter les sections Fleuriste, Esthétique, Coiffure, Assistant de vie aux familles et Prothésiste dentaire — quelques-uns parmi la quinzaine de métiers enseignés à l'URMA, sur ce site du Virolois à Tourcoing et sur l'antenne du CEFMA (métiers de l'alimentaire) située dans la même ville. 

Marie Tonnerre et Maxime Cabaye, deux des conseillers départementaux de Tourcoing, ont également participé à cette visite.

 

14 centres de formation, dont 9 dans le Nord

 

Sur l'ensemble de la région, la Chambre des métiers et de l'artisanat compte 14 centres de formation. Appelée encore récemment Centre de formation des apprentis (CFA), l'URMA a changé de nom afin de prendre en compte les adultes en reconversion qui apprennent ici un nouveau métier au côté des jeunes apprentis. Comme eux, ils passent une partie de leur formation au sein des entreprises artisanales.

 

URMA prothésiste dentaire

Dans la section Prothésiste dentaire.


L'offre de service que nous proposons évolue en fonction des besoins des entreprises. On ne veut pas subir mais anticiper ce qui va se passer

a souligné Laurent Rigaud.

Olivier Henno s'est montré particulièrement intéressé par la section qui forme aux métiers des soins à la personne. En effet, le Département souhaite encourager le maintien à domicile des personnes âgées et favoriser la formation d'allocataires du RSA à ce type de métiers.

Nous voulons donner une nouvelle orientation à notre politique en matière d'insertion : l'axer un peu plus sur l'orientation professionnelle et un peu moins sur l'orientation sociale. C'est un enjeu politique mais aussi financier

a affirmé Olivier Henno, avant d'évoquer l'image de l'apprentissage qui est encore peu valorisée en France, alors qu'en Allemagne, par exemple, les apprentis sont considérés comme de véritables étudiants. 

 


baseline